Le cerveau plastique des poissons rouges

Contrairement à la croyance populaire, le cerveau des adultes n’est pas définitivement fixé, mais est malléable comme le plastique: ses cellules nerveuses se déconnectent et se reconnectent constamment.

On dit que les poissons rouges ont une capacité de concentration de trois secondes, d’où l’expression « the attention span of a goldfish ».  Mais, selon une étude de l’École de psychologie de  l’Université de Plymouth, cette capacité serait plutôt de trois mois.

J’ai trouvé  ces informations sur le web, en faisant des recherches sur le multitasking pour compléter mon billet sur la consommation des médias par les jeunes.

C’est la discussion de l’heure: la révolution internet a-t-elle un impact sur notre façon de consommer l’information et la culture?

Notre société est-elle en train de se doter collectivement de la capacité de concentration d’un poisson rouge ? De trois secondes ou de trois mois? Est-ce que le tsunami d’information qui nous submerge sur le web nous rend plus intelligents ou moins intelligents?

Dans un article tiré de The Atlantic: « Is Google making us stupid? »,  l’auteur Nicholas Carr démontre de façon convaincante comment le web est en train d’affecter notre faculté de concentration à long terme, transformant nos cerveaux en machines de traitement de données haute-vitesse, capables d’absorber de plus en plus d’informations, de « multi-cliquer »  à l’infini.  Gros avantage pour Google et autres qui ramassent ainsi un maximum d’informations à notre sujet et en profitent pour nous alimenter en publicité ciblée. « Most of the proprietors of the commercial Internet have a financial stake in collecting the crumbs of data we leave behind as we filt from link to link – the more crumbs, the better. The last thing these companies want is to encourage leisurely reading or slow, concentrated thought. It’s in their economic interest to drive us to distraction. »

Pour Tyler Cowen, un professeur d’économie à la George Mason University,  le « multitasking » ne diminue pas notre capacité d’attention, mais au contraire l’augmente. « Multitasking is not a distraction from our main activity, it is our main activity. » (« Three Tweets for the Web »).  Le web nous permet de consommer l’information en suivant une ligne narrative façonnée par nos intérêts et passions – qui sont uniques à chaque personne. « The apparent disorder of the information stream reflects not your incoherence but rather your depth and originality as an individual. »

Être cultivé aujourd’hui, ce n’est pas être capable de décoder les symboles d’une toile de Rubens, mais savoir manipuler un iPhone ou toute autre technologie web, qui permettent de voir les toiles de Rubens et d’apprendre plein de choses à leur sujet. En ce sens, les jeunes sont extrêmement cultivés: « in fact, they are very often cultural leaders and creators. »

Une chose est sûre: la technologie nous transforme et transforme nos sociétés irrémédiablement.  Moi qui ai connu l’ère « Avant l’ordinateur personnel » et ai fait mes travaux d’université sur une IMB Selectric, j’ai dû rééduquer mon cerveau pour apprendre à penser mon texte directement sur l’ordinateur (plutôt que tout écrire à la main, raturer, recommencer et taper sur la machine pour finir.) Je suis convaincue que cela a transformé ma façon d’organiser ma pensée.

Une réflexion sur “Le cerveau plastique des poissons rouges

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s