Le sens du travail: tant qu’il y aura des sofas … et des familles

famille_sofa

Rédigée récemment pour le blogue de veille stratégique du Fonds des médias du Canada, une synthèse de l’étude « Et les enfants dans tout ça ?  Les familles canadiennes et la télévision à l’ère numérique» réalisée par le Groupe de recherche sur les jeunes et les médias du département de communication de l’Université de Montréal (GRJM)

Quelques réflexions autour de cette étude:

En 2006, un article sur le jeu vidéo les Sims publié dans le New York Times avait attiré mon attention à cause de cette déclaration d’une fillette:

 I like Sims more than other games, and Sims is way more fun than TV because TV gets so boring — you just stare at a screen and watch and watch and watch, » Francesca said in her (real) airy playroom as she tinkered with the layout of the new (imaginary) home office she was designing on the monitor connected to her Dell computer. « But in The Sims you make your own characters and give them a personality and give them stuff and build their houses and make them live. 

À l’époque, j’avais cru y voir l’amorce d’une transformation dans les habitudes de consommation des médias par les enfants: de la consommation passive de la télévision (you just watch and watch and watch) à la consommation active de jeux vidéos où l’enfant est le scénariste.

Sept ans plus tard, les enfants sont toujours d’avides téléphages. D’après l’étude du GRJM, qui a analysé plus de 150 heures de contenu télévisuel pour enfants et interrogé, chez eux et dans le cadre de groupes de discussion, des enfants, des adolescents et des parents, on peut confirmer que l’annonce de la mort de la télévision est prématurée, en tout cas pour les familles canadiennes composées de préadolescents, où elle continue à occuper un rôle central.

En télévision, le contenu est vraiment roi

Pour les auteurs de l’étude, ce média pas comme les autres  maintiendra sa domination sur les nouvelles plateformes et technologies tant et aussi longtemps qu’il continuera d’offrir un contenu qui favorise les interactions sociales au sein des familles, les divertit et les amène à échanger au sujet de leurs préoccupations.

En 2010, la revue The Economist publiait un dossier spécial sur la télévision («Changing the channel») qui faisait le même constat et l’expliquait ainsi : les humains, ces animaux sociaux, ont toujours besoin de vivre des activités en groupe et la famille est encore la communauté dans laquelle vivent la plupart des gens.

Plus récemment, un livre blanc publié par la firme Eurodata TV Worldwide dans le cadre du Mipjunior 2012, International Kids’ TV Trends, confirmait que l’internet, les nouvelles technologies et les jeux vidéo n’ont pas réussi à détourner les enfants du petit écran :  l’écoute quotidienne de la télévision par les enfants européens a augmenté de neuf minutes depuis 2008, de cinq minutes aux États-Unis en 2011 et se maintient à trois heures et cinq minutes au Canada anglais.

La télévision demain : toujours vivante, mais complètement métamorphosée

Si on prend en considération la progression des technologies de communication depuis une centaine d’années –  de la radio qui a mis 38 années pour atteindre 50 millions d’auditeurs à l’internet  qui en a mis quatre pour atteindre le même nombre d’usagers –  il y a lieu de mettre en doute l’avenir de la télévision linéaire telle qu’on la connaît aujourd’hui. On retrouve quelques indicateurs de cette future transformation, dans l’étude du GRJM, par exemple, qui signale le succès des enregistreurs vidéo personnels (EVP), en particulier auprès des familles plus « interventionnistes » en termes de contenu télévisuel. Ou encore dans le rapport « L’ABC de la télévision branchée », un des projets de recherche auxquels a participé le FMC, qui estime que « ce n’est qu’une simple question de temps avant que les téléviseurs connectés ne soient adoptés par l’ensemble des téléspectateurs (…)  on aura vendu 350 millions de téléviseurs connectés dans le monde en 2015,  (…) plus de 70 modèles de téléviseurs connectés sont actuellement commercialisés sur le marché. »

Quel impact aura cette « télé branchée » sur les pratiques d’écoute des familles canadiennes dans l’avenir ? Comment cette télévision dotée de fonctionnalités inédites : interactivité unidirectionnelle et bidirectionnelle, accroissement de l’offre et fonctions de personnalisation, d’évaluation et de référencement des contenus s’insérera-t-elle dans la dynamique des interactions familiales ? Difficile à prédire, mais une chose est certaine, l’expérience télévisuelle continuera de se transformer et demeurera au coeur de la vie des familles tant qu’elle permettra à celles-ci de s’empiler sur le sofa, pour le plaisir de regarder la télévision, mais surtout pour le bonheur de passer du temps en famille, comme l’a déclaré un des participants à l’étude.

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s