Avenir de la télévision: les pièces du puzzle

téléphonoscope

Mon dernier article sur le blogue Écran de veille du Fonds des médias du Canada a été inspiré en partie par un livre français, Permanence de la télévision, un recueil de textes qui démontrent que la télévision est avant tout l’expression d’un désir humain:

(…) la télévision est fondée sur un désir d’ubiquité, d’omniscience, qui se rencontre déjà dans le mythe de l’anneau de Gygès, rapport par Platon, qui permet à celui qui le porte de devenir invisible pour tous, tout en gardant la faculté de voir et d’entendre ce qui se passe autour de lui. (…) admettons donc que la télévision, dans son origine de « vision à distance », fait partie des désirs intangibles de l’être humain…

Intéressant. Finalement, la technologie n’est qu’un accessoire. La télévision est en train de devenir un mot générique pour désigner ce désir, quels que soient les formes et  les canaux de distribution que son expression emprunte.

Et les formes que prendra la technologie dans l’avenir sont déjà là, il suffit d’assembler le casse-tête.

Interrogé par le journaliste Thibault Henneton de l’excellente émission de France Culture « La Place de la Toile » sur le secret de sa faculté à prédire le futur, Chris Anderson (l’auteur de The Long Tail) se défend d’être un devin en citant l’auteur de science-fiction William Gibson :

Le futur est déjà là – seulement, il n’est pas encore distribué uniformément. » (The Future Has Arrived — It’s Just Not Evenly Distributed Yet.)

MIT_couvertureEn 2001, la MIT Technology consacrait un article de fond à l’avenir de la télévision (ce que la revue fait à peu près tous les dix ans).  La conclusion de l’article procède du même raisonnement que la phrase de Gibson:

Stay tuned. Much of the broadcast, reception and display technology needed to let you see whatever show you want, whenever you want, on whatever screen you want, exists. The pieces just have to be improved and linked together in the right way.

Le mot de la fin, l’une des autres pièces du puzzle, revient au grand gourou, Marshall McLuhan:

La télévision ne sera pas comprise avant d’être dépassée par un nouveau média. Quand survient la désuétude, tout média devient une forme d’art, et c’est à ce moment-là qu’il est possible de s’en servir. Le média cinéma et le média photographie sont mieux compris depuis l’apparition de la télévision. » [Jean PARÉ. Conversations avec McLuhan, 1966-1973. Éditions du Boréal]

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s