économie numérique, Internet, le sens de la vie numérique, télévision

Les tout-numériques: la conclusion

Pour le rapport « Le consommateur de médias exclusivement numériques », j’avais rédigé une conclusion qui a été un peu amputée pour la publication, pour cause « d’éditorialisation ». Un peu de nébulosité aussi. C’est vrai, mais je l’aimais bien quand même. La voici, dans sa version originale anglaise:

In 1913, Wolfgang Riepl, a German journalist and newspaper editor, formulated a hypothesis about media that he called « a fundamental law of the development of communication systems“[1].

Riepl’s law, as it is known today, posits that new types of media never replace the existing modes of media and their usage patterns. Instead, a convergence takes place in their field, providing different application for these older forms.

This hypothesis is being used again today, especially by traditional media executives, and their argument goes like this: so far, no new medium has killed an old one. The radio did not eliminate recorded music, TV didn’t eliminate radio or movies, online interactive media didn’t eliminate radio, television or film.

Indeed, traditional means of consuming media are still dominating the Canadian media landscape and will for a long time still. 85 percent of Canadian households are still subscribing to a broadcasting distribution service; over-the-air radio yearly revenue keeps growing despite the success of streaming services like Spotify; Canadians bought almost 18 million CDs in 2014, which is 60 percent of total albums sold (although down from the peak in 2001.)

But these numbers are potentially misleading. Cable subscriptions have been decreasing for the last two years, commercial radio revenues are growing more modestly than in the past, recorded music sales, in any format, have collapsed, some say that print media are doomed…

Yet, what our conversations with the panellists reveal is that some consumers are not simply abandoning traditional platforms and turning towards digital content, they actually seem to know no other way to consume content but on digital platforms. For them, a change in media consumption would actually be to watch cable television, listen to FM radio or read a printed newspaper or magazine. Digital-onlys may represent a new species of consumers that view their media habits as completely normal and organic. Indeed, some are not even aware they belong to this digital group.

In the same way that mass communication was born with the printing press, the internet is bringing about more than a simple disruption of the traditional media business models. Jeff Jarvis, journalism professor and author, puts it this way in his 2011 book “Public Parts”: “The changes brought on by the internet today appear huge in the mirror, but we are still early in this revolution.”

The participants of our focus groups told us how important it was for them to be able to access content without intermediaries telling them what, when and how they could access it. This sentiment was the foundation of their “digital-only” lifestyle.

Alexis Madrigal, contributing editor for The Atlantic, has an interesting explanation for this: “We’re creating a world that seamlessly, effortlessly shapes itself to human desire. It’s no longer cutting through a mountain to prove we dominate nature; now, it’s satisfying each impulse in the physical world with the ease and speed of digital tools. The shortest way to explain what Uber means: hit a button and something happens in the world (that makes life easier for you).”

Whereas, for past generations consuming media meant sitting in front of a screen and waiting passively for content to be pushed to them, or holding pieces of paper and deciphering the meaning of the letters printed on it, today’s digital-onlys cannot imagine a world where they wouldn’t have access to the button that makes something happen in the world.

This study only paints a preliminary portrait of this group, but it demonstrates that there is still much to learn from them. Since these viewing habits can serve as a leading indicator of the future of media consumption, further analysis would provide valuable insight on how to adapt to the changing media landscape.

Furthermore, it would be interesting, while doing this analysis, to consider changing media consumption habits across generations. Measuring the population of over-25 migrants who have already embraced digital media as their primary source for content could bring about some surprising discoveries.

Television opened the world to past generations, but a world controlled, among other things, by regulation and copyright laws. Nowadays, the “button that makes something happen in the world” is shaping the global media environment. In a publication from its ConsumerLab, telecommunication giant Ericsson tells us that “All around the world, internet users are increasingly sharing one culture. (…) Since 2011, we have been following 9 countries to observe media behaviors and attitudes. In 2011, 83 percent were watching broadcast TV more than several times a week, with only 61 percent viewing streamed content on demand. However, this behavior is now changing. Viewers are shifting towards easy-to-use, on-demand services that allow cross-platform access to video content. Regardless of whether you watch your favorite show in the US, China or Spain, the future is streaming.”[2]

The future is streaming: an appropriate image, coherent with the logic of flow the internet has instilled in our lives. The authors of “L’Âge de la multitude” have articulated it this way: “Everything is about flow these days. Newspapers work with an ever-changing flow of readers and people online juggle around with the flow of information. […] In this digital economy, individuals are in perpetual motion, always moving forward at a faster pace as they’re offered simpler, more powerful devices to work with.”

Some forms of media could very well be engulfed in this future stream. So, is Riepl’s Law completely wrong?

Well, consider this: in 2010, former MIT visionary Nicholas Negroponte announced the death of printed books, the first form of mass media, for 2015[3].

But, in 2013, 92 percent of 18-29 year-old read in print in the US, says Deloitte’s TMT Predictions 2015[4]. In 2015, predicts Deloitte, printed books will represent more than 80 percent of all book sales worldwide.

But then again, books are a different kind of media beast, with their more than 500 hundred years of existence. As Jeff Jarvis puts it in his book: “We ain’t seen nothing yet”.

[1] http://en.wikipedia.org/wiki/Riepl percent27s_law

[2] Ericsson ConsumerLab. 10 Hot Consumer trends 2015. Online: http://goo.gl/lnjgE2

[3]Nicholas Negroponte: The Physical Book Is Dead In 5 Years, TechCrunch, August 6, 2010. Online : http://techcrunch.com/2010/08/06/physical-book-dead/

[4] TMT

économie numérique, contenu, culture, le sens de la vie numérique, télévision

Sous-titres et culture distincte

Tel que promis dans mon dernier billet, j’ai épluché le très volumineux, très complet et très documenté rapport « Rapport Lescure » (sur les contenus numériques et la politique culturelle à l’ère du numérique – commande du président de la France).

Je vais en livrer les éléments les plus intéressants pour notre contexte nord-américain par volets thématiques.

Volet d’aujourd’hui: contenu vidéo en ligne et le sous-titrage. En France, on est pressés d’avoir accès aux émissions américaines et le sous-titrage est une solution plus rapide que le doublage. D’abord le fait de « sous-titreurs pirates » qui sous-titrent de façon très organisée, manière crowdsourcing, dans plusieurs langues,  la pratique  est devenue courante chez les diffuseurs légaux français (TF1, M6 et Orange) qui mettent en ligne des versions sous-titrées des émissions américaines dès le lendemain de leur diffusion originale aux USA. Le rapport soutient « ces différentes initiatives et appelle à poursuivre les efforts pour améliorer la disponibilité des séries étrangères en ligne le plus tôt possible après leur diffusion ».

Autre pays, autres moeurs… Ici au Québec le contenu américain, qu’il soit doublé ou sous-titré, n’est pas si ardemment désiré.

En effet, depuis aussi longtemps que les palmarès sur l’écoute des émissions de télévision existent, les Canadiens francophones se distinguent des Canadiens anglophones par leur adhésion sans failles au contenu audiovisuel fabriqué ici, comme en témoigne le palmarès de la semaine dernière. Que des productions d’ici dans les 10 premières émissions. Quelques contenus américains se faufilent ici et là, mais ce sont des exceptions. Il y a également quelques concepts étrangers (Dieu merci!, Le Banquier, etc.), mais ça demeure des émissions profondément québécoises.

BBM_télévision

Netflix, ce grand méchant Joueur étranger qui a été abondamment brandi comme un épouvantail pendant l’audience portant sur la transaction Bell/Astral (« Bell et Astral plaident la menace Netflix« ) ne compte que 5% d’abonnés francophones, contre 20% d’anglophones, et la raison principale, selon tous les observateurs, serait la faiblesse du contenu en français sur le service de vidéo sur demande en ligne.

Netflix ambitionne de devenir, à terme, un leader global, tout en reconnaissant que cela prendra du temps. ( « We would be stronger being the leader in a few markets than one of the herd in many markets. Of course, our ambition is to be the leader in many markets, but that will take us some time. » Netflix long term view )

Netflix a les moyens de ses ambitions et peut prendre le temps d’ébranler cette fameuse barrière de la langue qui protège le contenu culturel d’ici. Sa dernière tactique en ce sens? La série « Arrested Development », une nouvelle série mise en ligne le 26 mai et avec laquelle le service espère faire le plein d’abonnés, est offerte avec sous-titres français. Les deux séries originales produites par Netflix,  « House of Cards » et « Hemlock Grove » sont offertes avec sous-titres ou version audio en « français canadien ».

La barrière de la langue ne peut pas à elle seule expliquer notre résistance face à l’invasion étrangère (en tout cas pour le contenu télévisuel, pour la musique c’est une autre histoire).  Après tout, le taux de bilinguisme de la population augmente, les jeunes sont très friands de culture américaine, et autour de moi il me semble qu’on ne parle que de Game of Thrones ou Walking Dead – séries pas disponibles en français ici.

L’attachement pour la production audiovisuelle d’ici relève davantage que de la seule question de la langue. Il est basé sur l’histoire de notre télévision, bâtie sur une culture distincte et surtout développée par une institution, la télévision publique,  qui a eu les moyens d’imposer une certaine idée de la qualité que les autres n’ont eu d’autre choix que d’émuler.

En regardant ce passé, je trouve particulièrement désolant que nos gouvernements n’aient pas encore de plan numérique, ou au minimum une stratégie numérique qui reconnaisse le caractère absolument « disruptif » pour l’identité culturelle de la révolution numérique.

économie numérique, CRTC, culture, le sens de la vie numérique, nouvelles

Contenu numérique et abeilles : même combat

La semaine dernière, Pierre Lescure, ancien patron de Canal+, remettait son rapport « Contributions aux politiques culturelles à l’ère numérique » au président de la France (on trouve le rapport ici). Description par Le Monde de l’un des éléments controversés du rapport:

Pour la mission, la contribution des opérateurs de télécommunications au financement de la culture n’est pas contestable dans son principe. Depuis 2008, ils sont assujettis à une taxe (TST-D) lorsqu’ils distribuent des services de télévision, qui alimente le Centre national du cinéma et de l’image animée (CNC) mais ils en ont contesté le principe devant la justice européenne. M. Lescure propose de substituer à la TST-D une taxe assise sur l’ensemble du chiffre d’affaires des opérateurs de télécommunication. Le produit de cette taxe serait affecté à un compte de soutien à la transition numérique des industries culturelles.

L’an dernier j’avais rédigé un billet pour le blogue de Mixmedia Montréal (j’ai déjà parlé de cet événement ici) qui parlait de cette idée de taxer les fournisseurs de services pour financer le contenu. Je trouve qu’il est encore d’actualité.

Je le reproduis ici – en l’éditant un peu. Pour l’article original, on peut aller ici.

Contenu sur le web: faisons payer les FSI

L’argument des créateurs de contenu en faveur de la taxation des fournisseurs d’accès et de services, serait, pour simplifier : nos contenus contribuent à votre richesse, il est normal que vous nous en redistribuiez un peu. Ou, pour en revenir aux sources d’externalité positives, c’est un peu comme si l’abeille réclamait sa part des profits de l’apiculteur, ou si l’arboriculteur, qui a mis sur le chemin des abeilles des arbres qui ont permis d’améliorer la qualité de leur miel, le faisait également.

Abeille_CoolL’idée de demander une redevance aux FSI pour financer les contenus audiovisuels distribués par internet a été soumise au CRTC en 2009  par des associations de producteurs, d’artisans et de créateurs, dans le cadre d’une consultation sur la radiodiffusion par ce qu’on appelait encore à l’époque les « nouveaux » médias.

Le CRTC avait alors décidé qu’il était prématuré de mettre en place des mécanismes de soutien à la diffusion d’un contenu canadien de radiodiffusion par les nouveaux médias, d’autant plus qu’il n’était pas possible de baliser cette diffusion (c’est-à-dire mesurer – le Conseil s’est rapidement aperçu que vouloir mesurer le contenu canadien sur l’internet revenait à essayer de mesurer les gouttes d’eau en provenance de cours d’eau canadiens dans l’océan…)

Pour que le Conseil puisse avoir juridiction sur les FSI dans le cadre juridique et réglementaire actuel,  il aurait fallu que ceux-ci soient reconnus comme des « entreprises de radiodiffusion », qui, en tant que partie intégrante du système de radiodiffusion canadien, sont tenus de contribuer à son développement. Le Conseil a décidé de ne pas décider… et, sans doute pour démontrer les limites de ses pouvoirs et la vétusté de la Loi sur la radiodiffusion (le président de l’époque a milité pour une refonte de celle-ci), a demandé au pouvoir législatif de prendre position. Il a donc renvoyé la question devant la Cour d’appel fédérale : est-ce que les FSI sont des entreprises de radiodiffusion ?

La Cour d’appel a répondu : non. Non, parce que les FSI n’ont pas de contrôle sur le contenu qu’ils transmettent.

Les groupes culturels ont fait appel devant la Cour suprême qui a tranché très rapidement : la Cour d’appel avait raison,  « Dans leur rôle de fournisseurs d’« accès à la “radiodiffusion” au moyen d’Internet », les FSI ne sélectionnent ni ne sont à l’origine de la programmation, pas plus qu’ils ne regroupent ou n’offrent de services de programmation. »

(Cela dit, si la réponse avait été affirmative, la question des redevances était loin d’être réglée. Les FSI auraient alors relevé de l’ordonnance d’exemption des nouveaux médias, ordonnance qui les exempte des obligations des autres composantes du système. En outre, reconnaître leur contrôle sur le contenu transmis aurait ouvert la boîte de Pandore de leur responsabilité face à ce contenu.)

On le voit, l’argumentation en faveur de la redevance, basée sur la théorie économique des sources d’externalité positives –  on contribue à votre richesse, c’est normal que vous nous en retourniez un peu – se bute, chez nous du moins, à un parcours semé d’embûches législatives et réglementaires.

On vit une période de transition caractérisée par une évidence : au plan législatif et réglementaire on utilise des outils du 20e siècle très peu adaptés à l’environnement culturel, technologique et économique qui se met en place au 21e siècle.

À venir, une synthèse/analyse du rapport Lescure surtout dans la perspective d’aller y chercher les constats qui me semblent pertinents et les bonnes idées qu’on devrait importer.

économie numérique, contenu, Internet, le sens de la vie numérique

L’avenir de la presse écrite n’est plus ce qu’il était

Il y a un an, j’ai rédigé le billet ci-dessous pour Mixmédia Montréal, un événement qui n’a pas eu le succès qu’il méritait. On a pu entendre des conférenciers vraiment intéressants au cours de cette journée de conférence dédiée aux contenus numériques, un sujet trop négligé à mon avis. On parle beaucoup de marketing et de social, médias, réseaux, télévision, etc., trop peu de ce qui justifie leur existence, les contenus.

En relisant ce billet, j’ai trouvé qu’il était particulièrement pertinent après le lancement « historique » de La Presse + cette semaine. Je n’avais pas prévu la manœuvre version iPad gratuite, mais tout de même décelé quelques signes du plan qui se préparait.

crieur de journauxPhotographie Crieur de journaux dans la rue, vers 1905 Anonyme, Gélatine argentique, MP-0000.586.112 © Musée McCord

Ce n’est pas un scoop, l’industrie de la presse a été particulièrement bousculée par l’avènement du numérique : de près de 50 milliards de dollars qu’ils étaient en 2000, les revenus publicitaires des entreprises de presse aux États-Unis et au Canada ont fondu  à 24 milliards $ en 2011. 13% de ces revenus provenaient des versions en ligne.[1]

Pendant ce temps, nous sommes de plus en plus nombreux à nous tourner vers l’internet comme source d’information. Selon l’enquête NETendances du CEFRIOInternet comme source d’information des Québécois,  publiée le 8 janvier dernier,  « En seulement douze mois, Internet comme principale source d’information des Québécois a connu une progression fulgurante, passant de 15 % en 2010 à 30 % en 2011 (…) chez certains groupes d’âge, Internet a dépassé la télévision. » Aux États-Unis, selon le Pew Research Center,  c’est 61% des Américains qui s’informent en ligne.

Toujours selon l’enquête du CEFRIO, les principales sources d’information consultées en ligne demeurent les médias traditionnels  (Le Devoir, Cyberpresse, Radio-Canada, etc.). Reflet de ces paradoxes créés par la nouvelle économie numérique, les médias traditionnels sont toujours les premières sources d’information, en ligne ou hors ligne, mais le maintien de cette primauté se fait au détriment de leur survie même.

Comme Clay Shirky l’a écrit, les vieux modèles se brisent beaucoup plus rapidement qu’on ne peut en mettre de nouveaux en place.

Peut-être la technologie numérique est-elle encore trop neuve, écrit Lewis H. Lapham dans le Lapham’s Quarterly du printemps 2012 consacré aux moyens de communication, trop nouvelle pour qu’on comprenne vraiment où elle nous entraîne. L’écriture est apparue sur des tablettes d’argile il y a 3 000 ans avant notre ère, il a fallu attendre encore 3000 ans pour que l’humanité invente le codex (livre manuscrit), 1 500 ans avant que Gutenberg n’invente l’imprimerie. Puis 532 années se sont écoulées entre cette invention et l’arrivée de l’internet. L’ordinateur personnel n’a pas encore 40 ans, le World Wide Web vient de fêter son vingtième anniversaire.  « We’re still playing with toys. »

Depuis McLuhan, on sait à quel point l’invention de l’imprimerie a transformé la civilisation occidentale de manière fondamentale. Aujourd’hui, nous traversons une autre période transformative pour l’humanité, l’ère numérique. Pour nombre d’observateurs, dont Jeff Jarvis, il y a lieu d’établir des parallèles entre la galaxie Gutenberg et l’univers internet.

Dans le chapitre portant sur la presse dans son plus récent livre, Public Parts, il rappelle qu’à l’époque de Gutenberg les premiers éditeurs ont simplement tenté de reproduire le travail des scribes qui jusqu’alors peinaient à rédiger les livres à la main : la première police de caractère utilisée, Textura, était calquée sur l’écriture manuscrite. L’impression mécanique était alors simplement perçue comme une façon plus rapide d’écrire, certainement pas comme l’instrument d’une révolution sociale.

Le problème des médias aujourd’hui, souligne  le spécialiste américain de l’économie des médias, le professeur Robert Picard dans le document Mapping Digital Media : Digitization and Media Business Modelsne tient pas tant à l’inefficacité de leurs modèles d’affaires à trouver de nouvelles sources de revenus ou à accroître les sources existantes, mais dans le fait qu’ils sont trop nombreux à tenter de vendre des produits du 19e et du 20e siècle au 21e siècle.

Ces produits des médias traditionnels, poursuit le professeur Picard, ont été créés dans des environnements économiques, politiques et médiatiques qui n’existent plus aujourd’hui. Pour survivre, les médias devront réviser l’essence même de leur offre et s’assurer qu’elle représente vraiment une valeur centrale pour leurs clients. S’assurer également que leurs produits et services sont vraiment uniques ou distinctifs et fournis de manière parfaitement adaptée au nouvel environnement interconnecté.

La fin du papier?

Si demain les journaux papier et tout leur système de distribution physique disparaissaient, nous dit le professeur Picard, les coûts de production et de distribution de l’industrie de la presse seraient réduits d’environ la moitié. Cela permettrait aux producteurs de récupérer davantage de la valeur produite par leur contenu.

Toute logique soit-elle économiquement parlant, la décision d’abandonner complètement les supports papier est difficile à prendre, ne serait-ce qu’en raison de l’interdépendance des activités en ligne et sur papier des entreprises de presse. Selon le professeur Picard, il faut s’attendre à ce que le nombre de journaux qui abandonnent leur version imprimée augmente significativement au cours des deux prochaines décennies.

Mais avant d’en arriver là, la presse en ligne devra prouver sa rentabilité, à travers, entre autres le débat pro/anti paywall, débat d’autant plus polarisé qu’il se déroule au sein d’une industrie essentielle à la vie démocratique  de notre société. Comme l’a déjà dit un directeur général de l’information de Radio-Canada devant le CRTC en parlant de l’information, dans le cadre du dernier renouvellement des licences du radiodiffuseur public (au siècle dernier), ce n’est pas dans la petite pudding cette affaire-là, madame!

Du côté des antis paywall, nous avons le très respecté Guardian de Londres, le pionnier en matière de présence en ligne. Le rédacteur en chef du Guardian, Alan Rusbridger est opposé à ce modèle  parce que selon lui, malgré qu’il fasse du sens en termes économiques, son application entrave l’accessibilité à l’information et dilue l’influence éditoriale d’un organe de presse.

Le Guardian, qui a entrepris son virage numérique en 1996, annonçait ainsi sa stratégie l’an dernier: Digital firsta window of opportunity. The Guardian has recognised that it must invest in technological innovation if it is to create social justice in the 21st century (pas de la petite pudding, on l’a dit…) Selon les résultats financiers livrés avec cette annonce toutefois, The Guardian News & Media (GNM) affichait des pertes de 36 millions $ en 2011, ses revenus étant passés de 352 millions $ à 315 millions $.

Mise à jour – 20 juillet 2013: 

The Guardian a commencé à opérer dans le marché américain en 2011 et annonçait récemment un retour aux profits, soit une augmentation de 29% des revenus du numérique.

J’ai frappé le mur… le paywall du New York Times

De l’autre côté de l’océan, le paywall érigé par le New York Times en mars 2011 semble être un succès. C’est en tout cas ce que dit le communiqué émis par The New York Times Company le 25 avril 2012 :

Today we can say with authority that our plan is a successwith nearly half a million people now paying for the various digital subscription packages, e-readers and replica editions of The New York Times, the International Herald Tribune and The Boston Globe.”

D’après les résultats du premier trimestre 2012, les revenus de distribution du NY Times ont augmenté de 9,7%  (cela comprend les nouveaux revenus du paywall, mais également une augmentation des tarifs d’abonnement à la version papier). Les revenus totaux, toutefois, ont diminué de 0,3 % (de 500,7 millions $ à 499,4 millions $), les revenus de la publicité en ligne de 10,3% (en grande partie à cause de la division About.com).

La presse de chez nous est également en train d’implanter le modèle du paywall.  Le groupe Postmedia Network, propriétaire de La Gazette de Montréal et du National Post, entre autres, a annoncé début avril qu’il allait déployer le modèle de paywall graduellement au cours de l’année, et le Journal de Montréal s’apprêterait à faire de même.  Le Devoir a mis en ligne sa propre version il y a déjà quelques années. Le plan iPad de La Presse a fait jaser sur les réseaux sociaux il y a un an (rien de nouveau depuis, sinon un concours lancé la semaine dernière, Êtes-vous techno, qui fait miroiter la chance de gagner un iPad en échange  d’informations précieuses sur la pénétration des tablettes chez le lectorat.)

Et si rien ne marche, il restera toujours les robots

Si tous les modèles, expérimentations et diversifications tous azimuts ne réussissent pas à sauver la presse, il suffira de remplacer les journalistes par des robots comme le propose l’entreprise Narrative Science, qui a mis au point des algorithmes qui explorent le web, en extraient des données factuelles et rédigent des textes les mettant en contexte de façon fluide. Pour être juste, il faut préciser que l’entreprise se défend de vouloir éliminer les journalistes. Leurs activités se concentrent actuellement sur des comptes rendus de résultats de ligues sportives mineures, ou des résultats financiers de petites entreprises, sujets habituellement non couverts par les journalistes humains. Mais le CTO de l’entreprise estime tout de même que ses robots pourraient remplacer 95% des journalistes d’ici 15 ans.

Dans Public Parts, Jeff Jarvis souligne qu’il a fallu un bon siècle après Gutenberg avant qu’on commence à délimiter le nouveau monde que son invention a fait émerger. En regardant dans le rétroviseur, les changements provoqués par l’internet peuvent sembler énormes, mais :

…we are still early in this revolution. We ain’t seen nothin’ yet.

_________________________

[1] Source des données Newspaper Association of America qui représente 2000 entreprises de presse canadiennes et américaines.

Internet, le sens de la vie numérique, le sens des données, nouvelles

Les utilisateurs d’internet dans le monde – suivez le guide

L’un des articles sur ce site : Le sens de la vie numérique, les Canadiens et l’Internet reçoit fréquemment la visite  d’internautes qui ont fait la recherche Google « les utilisateurs d’internet dans le monde ».

Parce que j’aime faire oeuvre utile, ce billet se veut un moyen de rendre cette recherche fructueuse pour tous ceux qui ont abouti ici en googlant « les utilisateurs d’internet dans le monde ». Cliquez sur ce lien, vous vous retrouverez sur le site Internet World Stats qui fournit, en anglais seulement – mais il en va ainsi des trucs universels – tout ce que vous voulez savoir sur l’internet grosse image (Internet Big Picture).

internet_world_stats
Source: Internet World Stats
Cliquer sur l’image pour l’agrandir

Quelques constats: au cours des douze dernières années, le nombre d’utilisateurs a explosé en Afrique (+ 3 600%), au Moyen Orient (+2 600%) et en Amérique Latine (+1 300%). Cette explosion est due, en grande partie, à l’avènement de la mobilité grâce aux téléphones intelligents et aux tablettes:

Le prochain milliard d’internautes accédera à Internet mobile, contournant dans la foulée les lignes fixes à haut débit. Une recherche dirigée par le Boston Consulting Group (bcg.com) a démontré qu’au Brésil, en Russie, en Inde, en Chine et en Indonésie, on comptera 1,2 milliard d’internautes d’ici 2015. La majorité d’entre eux accédera à Internet au moyen d’un téléphone mobile. Dans plusieurs pays, les lignes fixes à haut débit sont soit offertes à un prix prohibitif, soit inaccessibles, tandis que l’accès mobile est toujours plus disponible, et cela, à un prix relativement modique. (source: L’Économie d’Internet au Canada – ACEI 2012)

On parle souvent d’internet comme d’un espace virtuel, imaginaire, irréel. Je crois qu’il y a malentendu; un espace où une si forte concentration de personnes vivantes peuvent se rassembler, de plus en plus grâce à l’emploi d’un appareil qu’on porte sur soi, ne peut qu’être bien réel.

Cet espace dépasse même les limites de l’atmosphère terrestre:  il y a 2 405 518 375 internautes sur la planète (34,3% de la population mondiale) plus un internaute en orbite, le Commandant Hadfield, l’astronaute canadien aux commandes de la station spatiale internationale. Le Commandant tweete régulièrement (@Cmdr_Hadfield). Il publie entre autres de sublimes photos de la terre vue du ciel.

cmdr_hadfiels

le sens de la vie numérique, nouvelles, télévision

Vissés à nos écrans

Mon dernier billet sur le blogue Écran de veille du Fonds des médias du Canada porte sur la mesure de l’auditoire dans le nouvel univers multiécrans.

En faisant la recherche, j’ai été particulièrement intriguée par un nouveau phénomène : de plus en plus, la consommation de contenus vidéos se fait « seamlessly » (sans obstacles) d’un écran de téléphone intelligent à un écran de tablette, à un écran de téléviseur. Ce qui veut dire qu’on consomme de plus en plus de contenu vidéo. Pour me citer moi-même:

Alors que hier le visionnement de vidéo était une activité réservée aux périodes de loisir, avant ou après la journée de travail, il se fait maintenant par instants « volés » tout au long de la journée. Nos habitudes de consommation ont été transformées par la mobilité et la multiplication des écrans, et elles ne seront plus jamais les mêmes.

Pour surfer sur cette vague d’écoute multiécran, Epson, la compagnie surtout connue pour ses imprimantes, a mis en marché des lunettes avec lesquelles on peut visionner du contenu vidéo en 3-D et qu’on peut se procurer pour 699$.

Lunettes_TV_3D

Confession d’une Netflix addict

Quand j’écris au sujet du changement de nos habitudes d’écoute, je parle d’expérience. Je m’appelle Danielle Desjardins et je suis une Netflix addict. Voilà, c’est avoué!

Quand je me suis abonnée au service, c’était bien sûr pour y jeter un coup d’oeil d’observatrice pendant le mois gratuit et me débrancher ensuite. J’ai déniché un ou deux films intéressants (dont Ricky de François Ozon, un délicieux petit film méconnu – je ne crois pas qu’il ait été distribué au Québec – qui était en français avec sous-titres anglais*), puis j’ai un peu oublié et je me suis retrouvée abonnée au prix défiant toute compétition de 7,99$ par mois.

J’y suis retournée récemment et ai commencé à y redécouvrir des séries télé américaines que j’avais vues passer sur mon écran fixe, au moment où elles étaient diffusées par un réseau officiel, mais que je n’avais jamais vraiment écoutées, zappant ailleurs lors des pauses publicitaires.

Mais sur Netflix, il n’y a pas de pauses… et on peut voir le prochain épisode tout de suite. Je me rappelle, ça a commencé avec Arrested Development, une sitcom absurde qui avait connu un grand succès critique, mais pas d’auditoire, ce qui lui valu l’annulation après trois saisons en 2006.

Cette série est maintenant citée comme un exemple du nouvel âge platine de la télévision américaine, parce que Netflix a commandé une nouvelle série de 12 épisodes qui seront disponibles en mai prochain.

Mais pour en revenir à mon addiction, à partir de cette série, j’étais accrochée. Il me fallait ma dose de télévision de qualité que je pouvais écouter à mon gré, sans pauses publicitaires, en continu, ce qui facilite beaucoup le suivi des développements, des personnages et des intrigues. J’ai ainsi consommé plusieurs séries comiques : Community, Freaks and Geeks, Raising Hope, Undeclared, Unites States of Tara, Better off Ted; des séries sérieuses: The Walking Dead, Justified, Fringe, etc. Je suis en train de découvrir Dexter, cette surprenante histoire de tueur en série auquel on s’attache.

Et mon addiction est nourrie par les écrans mobiles. Allez, je me confesse: je visionne même sur mon téléphone mobile avec des écouteurs dans mon lit (je n’ai pas de tablette – je songe à commencer une campagne de socio-financement pour m’en procurer une). Je ne lis plus!

J’aime la télévision d’ici, mais mon problème avec tou.tv, ce sont les pauses publicitaires qu’il est impossible de zapper, beaucoup plus intrusives, en cela, que les pauses à la télévision traditionnelle.

Mais surtout, l’offre de découverte de télévision de qualité est beaucoup moins abondante pour une addict comme moi.

Et ça, ça m’inquiète pour l’avenir de la production d’ici. C’est sans doute un sujet que je vais aborder bientôt. À suivre, donc.

* abonnés de Netflix, ne cherchez pas le film de François Ozon, il n’est plus là. Les droits ont sans doute expiré.

le sens de la vie numérique, nouvelles, technologie

Le sens de la vie numérique : les femmes ont été les premières programmeuses

female_computers«Bien que les femmes occupent plus de 60 pour cent des emplois dans le secteur des technologies de l’information et de la communication dans les pays de l’OCDE, seuls 10 à 20 pour cent d’entre elles sont programmeurs informatiques, ingénieurs, analystes ou concepteurs système. L’éducation et la formation qualifiante – ainsi qu’un changement des comportements – sont indispensables pour garantir aux femmes qu’elles ne sont pas marginalisées».

Source : Jane Hodge, directrice du Bureau de l’égalité entre hommes et femmes à l’Organisation internationale du travail (OIT)

Pourtant, le premier ordinateur entièrement électronique de l’histoire a été programmé par une équipe de six femmes.

ENIAC (acronyme de l’expression anglaise Electronic Numerical Integrator Analyser and Computer) première machine électronique servant à résoudre, en principe, tous les problèmes calculatoires, un projet secret de l’armée américaine, a été conçu à la fin de la deuxième guerre mondiale avec l’objectif de remplacer les computers humains. Avant l’avènement de la machine à calculer et de l’ordinateur, les calculs scientifiques complexes étaient réduits en algorithmes suffisamment petits pour être calculés à la main par des équipes de computers (à l’origine ce mot anglais désigne : celui qui calcule) qui travaillaient dans une ambiance de travail à la chaîne en usine. Il y avait des hommes parmi ces computers, mais c’étaient surtout des femmes qui accomplissaient dans l’ombre cette tâche essentielle et fastidieuse.

Une fois ENIAC construit, il restait à y introduire les problèmes à résoudre. On assigna cette tâche à six femmes qui travaillaient comme computers. C’est ainsi qu’elles devinrent les premiers programmeurs de l’histoire de l’informatique … et furent largement oubliées de l’histoire jusqu’à tout récemment.

Google, Internet, le sens de la vie numérique, médias sociaux

Le sens de la vie numérique: l’entreprise se socialise

En août 2012, Microsoft a payé 1,2 milliard de dollars pour acquérir Yammer, cette plateforme de réseautage social destinée aux entreprises.  Quelques semaines auparavant, deux autres géants de l’informatique, Oracle et Salesforces, avalaient les plateformes d’entreprise sociale Buddy Media et Vitrue, respectivement. D’après les calculs d’un collaborateur de TechCrunch, ces trois dinosaures de l’informatique ont dépensé plus de 2 milliards de dollars pour se donner une couche de vernis social.

Dans une entrevue à InfoWorld.com donnée après cette acquisition, Davis Sacks, le CEO de Yammer,  explique que la valeur de son entreprise tient au fait qu’elle est la première à se distinguer dans cette nouvelle catégorie des logiciels d’entreprise. Selon lui :

« Nous croyons vraiment que chaque compagnie aura son propre réseau social interne. La taille de la compagnie n’a pas d’importance – nous comptons parmi nos clients des compagnies classées au Fortune 500,  tout autant que des petites startups. Le secteur non plus n’a pas d’importance, des industries de tous les secteurs ont adopté Yammer. Et c’est un phénomène mondial : on nous utilise dans presque tous les pays.

 C’est un marché immense et je crois que c’est ce qui excite les investisseurs. Et notre croissance est très rapide. »

Fin août, Google annonçait le lancement d’une série de fonctionnalités conçues spécifiquement pour l’entreprise.  D’après cette annonce, ce n’est qu’un début : Google a prévu de déployer d’autres applications pour l’entreprise dans les prochains mois, dont une version mobile de Google+ pour les utilisateurs en entreprise.  Chez Google, on appelle ça “going Google”.

C’est la faute à Steve Jobs et Bill Gates

Le web social infiltre le monde de l’entreprise et  c’était inévitable. C’est une étape naturelle du mouvement de personnalisation de l’informatique initié il y a 30 ans par Microsoft et Apple, qui aboutit aujourd’hui à la « consumérisation » de l’informatique (l’adaptation rétroactive pour le marché professionnel de technologies – appareils et logiciels –  développées pour le grand public). Comme l’analyse la firme PwC dans l’étude The consumerization of IT, c’est la faute à Apple pour avoir inventé un téléphone qui simplifie le quotidien de tous, y compris les dirigeants d’entreprise. C’est la faute à Facebook, Twitter et Google pour avoir créé des technologies sociales et collaboratives devenues tellement imbriquées dans nos vies personnelles qu’elles ne pouvaient que déborder dans nos vies professionnelles. C’est la faute aux inventeurs de l’hypertexte et des navigateurs web pour avoir facilité l’accès à un monde d’information et de données.

Et la faute originelle revient à Apple et Microsoft qui, en créant l’écosystème de l’informatique personnelle, ont permis à n’importe quel quidam de se familiariser avec la technologie informatique – et parfois même de la maîtriser, à la maison comme au travail.

Internet, le sens de la vie numérique

Le sens de la vie numérique: le miel des abeilles et les externalités positives

Il y a un an aujourd’hui, la Cour suprême du Canada décidait que les FSI (fournisseurs de services internet) n’étaient pas des entreprises de radiodiffusion.

L’idée de demander une redevance aux FSI (fournisseurs de services internet) pour financer les contenus audiovisuels distribués par internet a été soumise au CRTC en 2009  par des associations de producteurs, d’artisans et de créateurs, dans le cadre d’une consultation sur la radiodiffusion par ce qu’on appelait encore à l’époque les « nouveaux » médias.

Le CRTC avait alors décidé qu’il était prématuré de mettre en place des mécanismes de soutien à la diffusion d’un contenu canadien de radiodiffusion par les nouveaux médias, d’autant plus qu’il n’était pas possible de baliser cette diffusion (c’est-à-dire mesurer – le Conseil s’est rapidement aperçu que vouloir mesurer le contenu canadien sur l’internet revenait à essayer de mesurer les gouttes d’eau en provenance de cours d’eau canadiens dans l’océan…)

Pour que le Conseil puisse avoir juridiction sur les FSI dans le cadre juridique et réglementaire actuel,  il aurait fallu que ceux-ci soient reconnus comme des « entreprises de radiodiffusion », qui, en tant que partie intégrante du système de radiodiffusion canadien, sont tenus de contribuer à son développement. Le Conseil a décidé de ne pas décider et, sans doute pour démontrer les limites de ses pouvoirs et la vétusté de la Loi sur la radiodiffusion (le président de l’époque a milité pour une refonte de celle-ci), a demandé au pouvoir législatif de prendre position. Il a donc renvoyé la question devant la Cour d’appel fédérale : est-ce que les FSI sont des entreprises de radiodiffusion ?

La Cour d’appel a répondu : non. Non, parce que les FSI n’ont pas de contrôle sur le contenu qu’ils transmettent.

Les groupes culturels ont fait appel devant la Cour suprême qui a tranché très rapidement : la Cour d’appel avait raison,

Dans leur rôle de fournisseurs d’« accès à la “radiodiffusion” au moyen d’Internet », les FSI ne sélectionnent ni ne sont à l’origine de la programmation, pas plus qu’ils ne regroupent ou n’offrent de services de programmation.

Cela dit, si la réponse avait été affirmative, la question était loin d’être réglée. Les FSI auraient alors relevé de l’ordonnance d’exemption des nouveaux médias, ordonnance qui les exempte des obligations des autres composantes du système. Mais surtout, reconnaître leur contrôle sur le contenu transmis aurait ouvert la boîte de Pandore de leur responsabilité face à ce contenu.

En France, plusieurs acteurs importants de la culture et des communications militent activement pour que les géants du web paient leur part.  Dans un rapport commandé par le ministre de la culture et de la communication français, on recommande l’imposition d’une taxe, sur les fournisseurs d’accès internet, au profit de la « filière musicale » avec les arguments suivants :

Si la filière musicale est en crise, la musique reste au cœur des pratiques culturelles des Français. Alors que la plupart des acteurs de la filière musicale rencontrent de profondes difficultés, des acteurs extérieurs à la filière ou situés à ses marges captent une part croissante de la valeur liée à la création de contenus musicaux, qui sont pour eux un « produit d’appel ».

L’argument  en faveur de la taxation des fournisseurs d’accès et de services, serait, pour simplifier : nos contenus contribuent à votre richesse, il est normal que vous nous en redistribuiez un peu. Ce sont des sources d’externalité positive :un peu comme si l’abeille réclamait sa part des profits de l’apiculteur, ou si l’arboriculteur, qui a mis sur le chemin des abeilles des arbres qui ont permis d’améliorer la qualité de leur miel, le faisait également.

La conclusion du rapport français: toutes les industries créatives sont sources d’externalités positives pour les FSI.

Mais si on les oblige à donner une part de leurs revenus aux créateurs, cela créerait un précédent qui risquerait de déplaire aux apiculteurs.

le sens de la vie numérique, le sens du travail, web

L’avenir de la télévision

télévision 70Depuis que la distribution de la télévision s’est numérisée, que de plus en plus de téléviseurs sont connectés à Internet, directement ou par l’entremise d’appareils divers (consoles de jeux, lecteurs DVD, etc.), que le visionnement de vidéos en ligne a explosé et que l’expérience télévision se prolonge sur un deuxième, voire un troisième écran, les consommateurs produisent une multitude de données sur leurs habitudes d’écoute et de consommation, lesquelles ne demandent qu’à être extraites.

On connaît l’analyse des conversations sur Twitter autour des émissions de télévision, une activité en passe de devenir une industrie en soi. Mais Twitter, ce n’est qu’une faible portion de la vie en ligne. En dépit des raccourcis qu’on voit souvent dans les médias, « abonné Twitter » n’est pas synonyme de « tout le monde », et la population qui utilise Twitter n’est pas représentative de la population en général.

Pour la suite de cette analyse, cliquez ici.  Il s’agit d’un billet que j’ai écrit pour le blogue de veille du Fonds des médias du Canada, Écran de veille (quel bon titre).

Pour qui s’intéresse à l’avenir de la télévision.