économie numérique, Internet, le sens de la vie numérique, télévision

Les tout-numériques: la conclusion

Pour le rapport « Le consommateur de médias exclusivement numériques », j’avais rédigé une conclusion qui a été un peu amputée pour la publication, pour cause « d’éditorialisation ». Un peu de nébulosité aussi. C’est vrai, mais je l’aimais bien quand même. La voici, dans sa version originale anglaise:

In 1913, Wolfgang Riepl, a German journalist and newspaper editor, formulated a hypothesis about media that he called « a fundamental law of the development of communication systems“[1].

Riepl’s law, as it is known today, posits that new types of media never replace the existing modes of media and their usage patterns. Instead, a convergence takes place in their field, providing different application for these older forms.

This hypothesis is being used again today, especially by traditional media executives, and their argument goes like this: so far, no new medium has killed an old one. The radio did not eliminate recorded music, TV didn’t eliminate radio or movies, online interactive media didn’t eliminate radio, television or film.

Indeed, traditional means of consuming media are still dominating the Canadian media landscape and will for a long time still. 85 percent of Canadian households are still subscribing to a broadcasting distribution service; over-the-air radio yearly revenue keeps growing despite the success of streaming services like Spotify; Canadians bought almost 18 million CDs in 2014, which is 60 percent of total albums sold (although down from the peak in 2001.)

But these numbers are potentially misleading. Cable subscriptions have been decreasing for the last two years, commercial radio revenues are growing more modestly than in the past, recorded music sales, in any format, have collapsed, some say that print media are doomed…

Yet, what our conversations with the panellists reveal is that some consumers are not simply abandoning traditional platforms and turning towards digital content, they actually seem to know no other way to consume content but on digital platforms. For them, a change in media consumption would actually be to watch cable television, listen to FM radio or read a printed newspaper or magazine. Digital-onlys may represent a new species of consumers that view their media habits as completely normal and organic. Indeed, some are not even aware they belong to this digital group.

In the same way that mass communication was born with the printing press, the internet is bringing about more than a simple disruption of the traditional media business models. Jeff Jarvis, journalism professor and author, puts it this way in his 2011 book “Public Parts”: “The changes brought on by the internet today appear huge in the mirror, but we are still early in this revolution.”

The participants of our focus groups told us how important it was for them to be able to access content without intermediaries telling them what, when and how they could access it. This sentiment was the foundation of their “digital-only” lifestyle.

Alexis Madrigal, contributing editor for The Atlantic, has an interesting explanation for this: “We’re creating a world that seamlessly, effortlessly shapes itself to human desire. It’s no longer cutting through a mountain to prove we dominate nature; now, it’s satisfying each impulse in the physical world with the ease and speed of digital tools. The shortest way to explain what Uber means: hit a button and something happens in the world (that makes life easier for you).”

Whereas, for past generations consuming media meant sitting in front of a screen and waiting passively for content to be pushed to them, or holding pieces of paper and deciphering the meaning of the letters printed on it, today’s digital-onlys cannot imagine a world where they wouldn’t have access to the button that makes something happen in the world.

This study only paints a preliminary portrait of this group, but it demonstrates that there is still much to learn from them. Since these viewing habits can serve as a leading indicator of the future of media consumption, further analysis would provide valuable insight on how to adapt to the changing media landscape.

Furthermore, it would be interesting, while doing this analysis, to consider changing media consumption habits across generations. Measuring the population of over-25 migrants who have already embraced digital media as their primary source for content could bring about some surprising discoveries.

Television opened the world to past generations, but a world controlled, among other things, by regulation and copyright laws. Nowadays, the “button that makes something happen in the world” is shaping the global media environment. In a publication from its ConsumerLab, telecommunication giant Ericsson tells us that “All around the world, internet users are increasingly sharing one culture. (…) Since 2011, we have been following 9 countries to observe media behaviors and attitudes. In 2011, 83 percent were watching broadcast TV more than several times a week, with only 61 percent viewing streamed content on demand. However, this behavior is now changing. Viewers are shifting towards easy-to-use, on-demand services that allow cross-platform access to video content. Regardless of whether you watch your favorite show in the US, China or Spain, the future is streaming.”[2]

The future is streaming: an appropriate image, coherent with the logic of flow the internet has instilled in our lives. The authors of “L’Âge de la multitude” have articulated it this way: “Everything is about flow these days. Newspapers work with an ever-changing flow of readers and people online juggle around with the flow of information. […] In this digital economy, individuals are in perpetual motion, always moving forward at a faster pace as they’re offered simpler, more powerful devices to work with.”

Some forms of media could very well be engulfed in this future stream. So, is Riepl’s Law completely wrong?

Well, consider this: in 2010, former MIT visionary Nicholas Negroponte announced the death of printed books, the first form of mass media, for 2015[3].

But, in 2013, 92 percent of 18-29 year-old read in print in the US, says Deloitte’s TMT Predictions 2015[4]. In 2015, predicts Deloitte, printed books will represent more than 80 percent of all book sales worldwide.

But then again, books are a different kind of media beast, with their more than 500 hundred years of existence. As Jeff Jarvis puts it in his book: “We ain’t seen nothing yet”.

[1] http://en.wikipedia.org/wiki/Riepl percent27s_law

[2] Ericsson ConsumerLab. 10 Hot Consumer trends 2015. Online: http://goo.gl/lnjgE2

[3]Nicholas Negroponte: The Physical Book Is Dead In 5 Years, TechCrunch, August 6, 2010. Online : http://techcrunch.com/2010/08/06/physical-book-dead/

[4] TMT

économie numérique, contenu, divers

Quels enjeux pour les contenus numériques?

À tous ceux que la question préoccupe, je recommande la lecture du rapport sur le forum France Canada, Quels enjeux pour les contenus numériques ? 

Ce forum était organisé par l’Ambassade de France au Canada et le Conseil des technologies de l’information et des communications (CTIC). La Fabrique de sens a contribué à lui donner un sens en rédigeant le rapport.

En guise de teaser, l’introduction

Le Forum France-Canada, organisé conjointement par l’Ambassade de France au Ca-nada et le Conseil des technologies de l’information et des communications (ICTC/CTIC), s’est déroulé les 15 et 16 novembre 2012, à Ottawa.

L’événement a réuni près de 100 participants canadiens et français, chefs de file, régulateurs et dirigeants issus des secteurs des contenus musicaux, audiovisuels et interactifs, représentant des entreprises privées et publiques de toutes tailles ainsi que des organismes de soutien et de réglementation des contenus. Pendant deux jours, ils ont exploré les défis que leur pose le nouvel écosystème numérique et débattu des façons dont pouvoirs publics et entreprises pourraient contribuer à y construire une industrie de contenu viable.

Depuis plusieurs années, la France et le Canada partagent un engagement indéniable à la défense de leur souveraineté et de leur diversité sur le plan culturel. Les deux pays ont établi des stratégies et des méthodes de réglementation appuyant leurs secteurs culturels et créa-tifs qui se ressemblent à plu-sieurs égards.

Par l’organisation de cet évé-nement, les responsables sou-haitaient favoriser un échange d’expertise et de points de vue entre représentants d’organismes confrontés à des défis et des situations similaires.

Bâties sur une prémisse de dé-part – l’évolution des réseaux et de la technologie a créé de nouveaux types de contenus, de nouveaux canaux de distribution ainsi que de nouveaux modèles économiques, défis et possibilités – les discussions ont été structurées autour de trois thèmes :


Le numérique a généré de nouveaux moyens d’expression, de nouvelles voies pour s’adresser à des publics diversifiés, ainsi que de nouvelles possibilités d’interactions des utilisateurs avec les contenus, mais surtout, il fait jouer de nouveaux rôles au public, le plaçant au cœur même des chaînes de valeur, en tant que créateur, producteur, agrégateur et acteur doté d’influence.


Il est devenu primordial de mettre en place de nouveaux modèles économiques qui assu-reront la viabilité et la pérennité des contenus musicaux, audio-visuels et interactifs dans le nouveau contexte. Les pouvoirs publics actuels doivent repenser et adapter leurs objectifs et leurs outils de soutien à l’industrie.


Le secteur des contenus se mondialise et se déplace dans le nouveau monde numérique. Les marchés traditionnels des droits fondés sur la géographie résistent encore mais se révè-lent de plus en plus mal adaptés au nouveau contexte. Régulateurs et responsables politiques doivent réexaminer leurs objectifs, et valider l’adéquation entre leurs mesures, les aspirations des consommateurs de contenus numériques et la viabilité des industries de contenus.

médias sociaux, technologie, web

Les nouveaux médias, il y a 56 ans

Un ajout à mon billet d’hier qui se conclut sur une citation d’Edmund Carpenter, un anthropologue ami et collaborateur de Marshall McLuhan.

Dans son texte « The New Languages », Edmund Carpenter explique l’impact des médias sur les valeurs de notre société d’une manière particulièrement en phase avec le contexte d’aujourd’hui:

Each medium, if its bias is properly exploited, reveals and communicates a unique aspect of reality, of truth. Each offers a different perspective, a way of seeing an otherwise hidden dimension of reality. It’s not a question of one reality being true, and others distortions. One allows us to see from here, another from there, a third from still another perspective….New essentials are brought to the fore, including those made invisible by the « blinders » of the old language….This is why the preservation of book culture is as important as the development of TV. This is why new languages, instead of destroying old ones, serve as a stimulant to them. Only monopoly is destroyed….The appearance of a new medium often frees older media for creative effort. (173-179)

Internet, médias sociaux, télévision, télévision sociale, web

Observation maison de l’avenir de la télévision

Les ados d’aujourd’hui sont nés avec ces technologies de la connectivité qui bouleversent notre monde. Pour eux par exemple, vivre sa vie sociale sur un écran d’ordinateur c’est aussi normal que de faire jaillir la lumière au simple toucher d’un interrupteur.

J’ai la chance d’avoir accès à un laboratoire d’observation fascinant grâce à mon propre échantillon maison d’ado tout à fait typique. Mon ado maison fait partie de la génération de la dernière lettre de l’alphabet, la génération Z (aurait-on atteint la fin des générations?). Elle possède un ordinateur portable, un iPod dernière génération et surtout un compte Facebook depuis plusieurs années (oui, depuis avant ses 13 ans, et je l’ai laissée faire…) et plus de 800 amis.

Récemment, mon ado maison m’a donné l’occasion d’observer le rapport de la génération Z avec la télévision.

Un deuxième écran pour la télévision? Pourquoi pas trois ou quatre?

Ado Maison suit les Jeux Olympiques religieusement. Elle s’intéresse particulièrement aux épreuves de gymnastique artistique parce qu’elle a déjà pratiqué cette discipline elle-même. La gymnastique a ceci de particulier que les athlètes font une rotation autour de  quatre appareils et que le tout se déroule en même temps. Jeudi dernier, Ado Maison a suivi son idole  Gabrielle Douglas et les autres membres de l’équipe américaine grâce à quatre écrans: le téléviseur, son ordinateur portable, son iPod et mon iPhone, le tout en textant ses commentaires sur son téléphone ou en les écrivant via Facebook à ses copines elles aussi branchées devant de multiples écrans.

Elle a ainsi pu suivre les performances qu’elle voulait voir en direct plutôt que d’attendre de les voir selon une séquence proposée par la télévision. Elle a en quelque sorte produit sa propre émission de télévision, tout en divisant son attention sur tous ces écrans.

De mon poste d’observation, j’ai entrevu l’avenir de la télévision telle qu’elle sera consommée par cette génération: multi-écran, sociale et connectée.

Mais surtout, j’ai compris que cette génération maîtrise déjà un nouveau langage qui codifie la réalité autrement.

Cette dernière observation, je l’emprunte à Edmund Carpenter, un anthropologue américain (décédé l’an dernier) qui a collaboré avec Marshall McLuhan sur Understanding Media. Dans un texte écrit en 1956 pour la Chicago Review, The New Languages, il parle des mass médias ainsi:

English is a mass medium. All languages are mass media. The new mass media – film, radio, TV – are new languages, their grammar as yet unknown. Each codifies reality differently; each conceals a unique metaphysics.*

Un nouveau langage, un nouveau code, une autre façon d’appréhender et de comprendre le monde; un nouveau monde.


Petit rappel à la réalité d’aujourd’hui, cependant, cette journée multi-écran a consommé 5 Go de bande passante, amenant notre consommation mensuelle à 80% de la limite mensuelle de 50 G0.

J’ai découvert Edmund Carpenter grâce à ce billet de Mitch Joel. Si vous ne connaissez pas cet expert montréalais du marketing social, il est à découvrir d’urgence.


* le texte est accessible en ligne via la BAnQ, sur la base de données JSTOR.

Internet, technologie

Kierkegaard et le repos des neurones

Pour ce billet, je vais laisser mes neurones se reposer et me contenter de citer un auteur que j’aime beaucoup.

Il s’agit de Jonathan Franzen, un écrivain américain dont le dernier roman, Freedom, sera publié le le 31 août.

Dans une entrevue donnée au magazine  Time de cette semaine, il explique que les romans doivent survivre à la révolution médiatique parce qu’ils ont une utilité sociale que n’ont pas les autres médias: ils sont un moyen de plonger au fond de soi pour y trouver authenticité et engagement.

Continue reading « Kierkegaard et le repos des neurones »

télévision, web

Télévision: tant qu’il y aura des sofas…

Alors, quelles nouvelles de la santé de notre bonne vieille télévision ?

Assez bonnes, si on adopte le point de vue de la revue The Economist dans un dossier spécial publié en mai dernier: «Changing the channel».  Pourvue d’une grande faculté d’adaptation, — elle serait l’industrie médiatique qui s’adapte le mieux aux changements technologiques — elle résiste encore très bien aux assauts de la vague internet, au contraire de l’industrie du disque (dévorée par Napster et autres sites de partage de fichiers) et de la presse écrite (purgée de sa source de revenus principale, les annonces classées).

Quelques indicateurs de cette bonne santé :

  • L’animal humain a besoin de vivre au diapason de son groupe social. Dans ce nouvel univers de l’infinité des choix médiatiques, les attentes des téléspectateurs se sont transformées. Mais cela ne se traduit pas nécessairement par un changement de comportement.  ACB (Actual Consumer Behaviour), une entreprise anglaise de consultants spécialisée en comportement des consommateurs, a observé le comportement des gens devant la télévision et constaté que ceux-ci sous-estiment grandement le temps réellement passé devant la télévision.  Malgré toute la technologie rendant possible l’écoute des programmes à son gré, on veut encore vivre les grands événements télévisuels en même temps que tout le monde.

    Continue reading « Télévision: tant qu’il y aura des sofas… »

télévision, web

Enfants 2.0

En 2006, un article sur le jeu vidéo les Sims avait attiré mon attention dans le New York Times à cause de cette déclaration d’une fillette:

« I like Sims more than other games, and Sims is way more fun than TV because TV gets so boring — you just stare at a screen and watch and watch and watch, » Francesca said in her (real) airy playroom as she tinkered with the layout of the new (imaginary) home office she was designing on the monitor connected to her Dell computer. « But in The Sims you make your own characters and give them a personality and give them stuff and build their houses and make them live. »

À l’époque, j’avais cru y voir l’amorce d’une transformation dans les habitudes de consommation des médias par les enfants: de la consommation passive de la télévision (you just watch and watch and watch) à la consommation active de jeux vidéos où l’enfant est le scénariste.

En fait, selon  une étude de la Kaiser Family Foundation portant sur la place des médias dans la vie des jeunes américains de 8 à 18 ans, la télévision est toujours le média de choix pour ceux-ci. Son écoute a même augmenté, passant de 3 heures 47 minutes en 1999, à 4 heures 29 minutes en 2009. Ce qui a changé, c’est la plateforme sur laquelle les jeunes écoutent la télévision: près d’une heure de cette écoute est maintenant passée sur d’autres plateformes que l’appareil de télévision (Internet, ipod/Mp3, cellulaire).

Autre statistique intéressante tirée de cette étude: les jeunes passeraient sept heures et demie par jour à consommer un média (télévision, musique, ordinateur, jeux vidéos, imprimés et cinéma). En ajoutant à cette équation le facteur de la consommation simultanée, une pratique très répandue chez les jeunes, l’étude calcule que ceux-ci sont exposés chaque jour à 10 heures et 45 minutes de contenu média.

L’étude signale que les plus gros consommateurs de média sont ceux qui expriment le plus bas niveau de satisfaction personnelle (nombre d’amis, relations avec les parents, attitude face à l’école). Tout en avertissant que rien ne démontre qu’il y ait un lien direct entre les deux données.