économie numérique, Internet, le sens de la vie numérique, télévision

Les tout-numériques: la conclusion

Pour le rapport « Le consommateur de médias exclusivement numériques », j’avais rédigé une conclusion qui a été un peu amputée pour la publication, pour cause « d’éditorialisation ». Un peu de nébulosité aussi. C’est vrai, mais je l’aimais bien quand même. La voici, dans sa version originale anglaise:

In 1913, Wolfgang Riepl, a German journalist and newspaper editor, formulated a hypothesis about media that he called « a fundamental law of the development of communication systems“[1].

Riepl’s law, as it is known today, posits that new types of media never replace the existing modes of media and their usage patterns. Instead, a convergence takes place in their field, providing different application for these older forms.

This hypothesis is being used again today, especially by traditional media executives, and their argument goes like this: so far, no new medium has killed an old one. The radio did not eliminate recorded music, TV didn’t eliminate radio or movies, online interactive media didn’t eliminate radio, television or film.

Indeed, traditional means of consuming media are still dominating the Canadian media landscape and will for a long time still. 85 percent of Canadian households are still subscribing to a broadcasting distribution service; over-the-air radio yearly revenue keeps growing despite the success of streaming services like Spotify; Canadians bought almost 18 million CDs in 2014, which is 60 percent of total albums sold (although down from the peak in 2001.)

But these numbers are potentially misleading. Cable subscriptions have been decreasing for the last two years, commercial radio revenues are growing more modestly than in the past, recorded music sales, in any format, have collapsed, some say that print media are doomed…

Yet, what our conversations with the panellists reveal is that some consumers are not simply abandoning traditional platforms and turning towards digital content, they actually seem to know no other way to consume content but on digital platforms. For them, a change in media consumption would actually be to watch cable television, listen to FM radio or read a printed newspaper or magazine. Digital-onlys may represent a new species of consumers that view their media habits as completely normal and organic. Indeed, some are not even aware they belong to this digital group.

In the same way that mass communication was born with the printing press, the internet is bringing about more than a simple disruption of the traditional media business models. Jeff Jarvis, journalism professor and author, puts it this way in his 2011 book “Public Parts”: “The changes brought on by the internet today appear huge in the mirror, but we are still early in this revolution.”

The participants of our focus groups told us how important it was for them to be able to access content without intermediaries telling them what, when and how they could access it. This sentiment was the foundation of their “digital-only” lifestyle.

Alexis Madrigal, contributing editor for The Atlantic, has an interesting explanation for this: “We’re creating a world that seamlessly, effortlessly shapes itself to human desire. It’s no longer cutting through a mountain to prove we dominate nature; now, it’s satisfying each impulse in the physical world with the ease and speed of digital tools. The shortest way to explain what Uber means: hit a button and something happens in the world (that makes life easier for you).”

Whereas, for past generations consuming media meant sitting in front of a screen and waiting passively for content to be pushed to them, or holding pieces of paper and deciphering the meaning of the letters printed on it, today’s digital-onlys cannot imagine a world where they wouldn’t have access to the button that makes something happen in the world.

This study only paints a preliminary portrait of this group, but it demonstrates that there is still much to learn from them. Since these viewing habits can serve as a leading indicator of the future of media consumption, further analysis would provide valuable insight on how to adapt to the changing media landscape.

Furthermore, it would be interesting, while doing this analysis, to consider changing media consumption habits across generations. Measuring the population of over-25 migrants who have already embraced digital media as their primary source for content could bring about some surprising discoveries.

Television opened the world to past generations, but a world controlled, among other things, by regulation and copyright laws. Nowadays, the “button that makes something happen in the world” is shaping the global media environment. In a publication from its ConsumerLab, telecommunication giant Ericsson tells us that “All around the world, internet users are increasingly sharing one culture. (…) Since 2011, we have been following 9 countries to observe media behaviors and attitudes. In 2011, 83 percent were watching broadcast TV more than several times a week, with only 61 percent viewing streamed content on demand. However, this behavior is now changing. Viewers are shifting towards easy-to-use, on-demand services that allow cross-platform access to video content. Regardless of whether you watch your favorite show in the US, China or Spain, the future is streaming.”[2]

The future is streaming: an appropriate image, coherent with the logic of flow the internet has instilled in our lives. The authors of “L’Âge de la multitude” have articulated it this way: “Everything is about flow these days. Newspapers work with an ever-changing flow of readers and people online juggle around with the flow of information. […] In this digital economy, individuals are in perpetual motion, always moving forward at a faster pace as they’re offered simpler, more powerful devices to work with.”

Some forms of media could very well be engulfed in this future stream. So, is Riepl’s Law completely wrong?

Well, consider this: in 2010, former MIT visionary Nicholas Negroponte announced the death of printed books, the first form of mass media, for 2015[3].

But, in 2013, 92 percent of 18-29 year-old read in print in the US, says Deloitte’s TMT Predictions 2015[4]. In 2015, predicts Deloitte, printed books will represent more than 80 percent of all book sales worldwide.

But then again, books are a different kind of media beast, with their more than 500 hundred years of existence. As Jeff Jarvis puts it in his book: “We ain’t seen nothing yet”.

[1] http://en.wikipedia.org/wiki/Riepl percent27s_law

[2] Ericsson ConsumerLab. 10 Hot Consumer trends 2015. Online: http://goo.gl/lnjgE2

[3]Nicholas Negroponte: The Physical Book Is Dead In 5 Years, TechCrunch, August 6, 2010. Online : http://techcrunch.com/2010/08/06/physical-book-dead/

[4] TMT

accès, Internet, web

Attendez de voir ce que cet article tente de vous expliquer!

Il fallait bien que je revienne avec un bang après près de six mois d’absence.
D’accord, c’est un titre tout à fait incongru mais j’avais envie de jouer le jeu de ces sites (Upworthy en tête) qui pratiquent l’art de titrer pour attirer les clics. Bon, maintenant que j’ai votre attention, je la retiens pour un billet que j’ai publié il y a deux ans, sur un autre blogue. Il me semble tout à fait d’actualité au moment où le sujet de la neutralité du net alimente le débat chez les voisins américains et fait craindre la fin de l’Internet tel qu’on le connaît aujourd’hui. À écouter en accompagnement, cette émission de La Place de la toile, une émission de France Culture sur les cultures numériques, où un chercheur suisse parle de son livre « Les fins d’Internet ».
Mon article avait été publié en avril 2012, et s’intitulait: « Quel avenir attend l’Internet? Un jardin privé, une jungle ou une cité moderne? » Le voici:

En août 2010, le magazine Wired  avait jeté un pavé dans la mare en publiant un dossier spécial qui prenait radicalement position : The Web is dead. Long live the Internet.

Pour sur-simplifier, résumons  l’argument de Chris Anderson ainsi : les applications mobiles, si séduisantes, faciles d’accès et d’utilisation pour les usagers, tellement plus simples à monétiser pour les entrepreneurs, existent en dehors de l’architecture du Web ouvert, accessible par navigateur. Anderson en concluait que, logique capitaliste aidant, « the Web is not the culmination of the digital revolution ».  (Cela dit, il ne prédisait pas sa mort, mais plutôt sa marginalisation dans l’écosystème numérique.)

Récemment, je lisais ce titre sur ReadWriteWeb :« How social networks are killing the Internet ». Sur-simplifions encore : l’auteure déplore le fait que sa vie en ligne transite nécessairement par Facebook et autres médias sociaux sans lesquels elle ne peut plus vivre. Ceux-ci cultivant avec jalousie leurs jardins privés (walled gardens), la porte d’entrée se referme sur nous dès qu’on la franchit. Il fait si bon batifoler, échanger et partager à l’intérieur de ces jardins (et, accessoirement, y semer nos si précieuses données personnelles qui sont par la suite récoltées et revendues par les jardiniers) qu’on ne veut plus les quitter pour s’aventurer dans l’Internet, qui se transforme peu à peu en jungle impénétrable.

(En fait, elle confond Web et Internet. L’architecture du Web, porte d’entrée universelle, conviviale, publique et gratuite sur l’Internet, s’étant imposée comme la représentation graphique du net, il est normal de confondre. À plus forte raison quand on est digital native et qu’on n’a pas connu l’Internet pré-Web, ces écrans faits de textes sans images et sans hyperliens).

La convergence : là ou le passé et l’avenir se rejoignent

Il est toujours bon de retourner dans le passé quand l’avenir devient flou.  On appelle ça regarder d’où l’on vient pour savoir où l’on va. Et si le passé est garant de l’avenir, pour continuer dans les formules toute faites, le Web, l’Internet, les médias sociaux ne devraient pas disparaître, mais plutôt converger. Rien ne se perd, rien ne se crée, tout converge.

La convergence, c’est l’adaptation en parallèle et semblable de systèmes, d’espèces, d’organismes face aux pressions de leur environnement.  Mot buzz des années 1990, convergence est plus ou moins disparu de l’écran radar des médias ces dernières années, peut-être parce que la convergence est devenue un fait accompli dans les industries de la radiodiffusion et des télécommunications, les premières concernées par cette adaptation à de nouvelles réalités environnementales.

La convergence rejoint maintenant la réalité du monde numérique : l’Internet, le Web et les médias sociaux sont déjà en train de s’adapter aux pressions de leur environnement et d’évoluer vers une nouvelle phase de leur développement.

Et cette convergence, selon des experts interrogés par le  Pew Research Center’s Internet & American Life Project, pourrait se faire dans les nuages, mais la simplicité qui en découlera aura un prix.

L’organisme a publié en mars 2012 le résultat d’une enquête, The Web Is Dead?, menée auprès d’un groupe d’experts reconnus afin de vérifier ce qu’ils pensaient du postulat de Wired.

On leur a demandé de choisir entre deux visions du Web de 2020, et 59% d’entre eux se sont déclarés d’accord avec cette vision optimiste d’un web ouvert qui favorise la communication et l’innovation :

 In 2020, the World Wide Web is stronger than ever in users’ lives. The open Web continues to thrive and grow as a vibrant place where most people do most of their work, play, communication, and content creation. Apps accessed through iPads, Kindles, Nooks, smartphones, Droid devices, and their progeny—the online tools GigaOM referred to as « the anti-Internet »—will be useful as specialized options for a finite number of information and entertainment functions. There will be a widespread belief that, compared to apps, the Web is more important and useful and is the dominant factor in people’s lives.

Comme l’indiquent les auteurs du document, il ne s’agit pas d’un simple débat sur la meilleure technologie ou le modèle d’affaires qui aura le plus de chances de succès. C’est un mouvement plus profond qui affectera la façon dont nous aurons accès à l’information, à la culture, au savoir et la façon dont nous nous connecterons les uns avec les autres.

Mais pour en revenir à la proposition de départ, c’est-à-dire que le web ouvert et universel est mort, tué soit par des applications, soit par des réseaux sociaux  propriétaires qui monnayent l’espace numérique qu’ils occupent, il s’agit peut-être de formules tournées pour retenir l’attention, mais elles reflètent tout de même la réalité de la bataille sur le contrôle de l’accès qui se mène dans les coulisses de l’univers numérique. Pour plusieurs des répondants à l’enquête du Pew Research Center, le développement de l’Internet mobile est dominé par la recherche de profit aux dépens du réseau global, ce qui aura pour effet d’amener les entreprises à privilégier le cloisonnement du Web et à recourir aux applications, plus faciles à contrôler et à transformer en produit monnayable. Selon un répondant : “It is another click toward stripping citizens of their ability to create and control their technological environment.”

___________________________

Un article récent du New York Times explique ce qui est en train de se passer dans le dossier de la neutralité du net et de la menace qu’il fait peser sur le réseau des réseaux.

 

accès, médias sociaux

Au rendez-vous des médias citoyens, la bataille de l’accès

Qu’est-ce qu’un média citoyen?

Je suis sortie du Rendez-vous des médias citoyens de lundi dernier avec une meilleure idée de ce que ce terme désignait et l’impression que les questions posée dans mon dernier billet (en bref: sur la responsabilité et sur la sagesse des foules), étaient dépassées dans ce contexte. Ou plutôt qu’elles relevaient d’une perspective faussée, celle des médias traditionnels.

Continue reading « Au rendez-vous des médias citoyens, la bataille de l’accès »

web

Le cerveau plastique des poissons rouges

Contrairement à la croyance populaire, le cerveau des adultes n’est pas définitivement fixé, mais est malléable comme le plastique: ses cellules nerveuses se déconnectent et se reconnectent constamment.

On dit que les poissons rouges ont une capacité de concentration de trois secondes, d’où l’expression « the attention span of a goldfish ».  Mais, selon une étude de l’École de psychologie de  l’Université de Plymouth, cette capacité serait plutôt de trois mois.

J’ai trouvé  ces informations sur le web, en faisant des recherches sur le multitasking pour compléter mon billet sur la consommation des médias par les jeunes.

C’est la discussion de l’heure: la révolution internet a-t-elle un impact sur notre façon de consommer l’information et la culture?

Notre société est-elle en train de se doter collectivement de la capacité de concentration d’un poisson rouge ? De trois secondes ou de trois mois? Est-ce que le tsunami d’information qui nous submerge sur le web nous rend plus intelligents ou moins intelligents?

Dans un article tiré de The Atlantic: « Is Google making us stupid? »,  l’auteur Nicholas Carr démontre de façon convaincante comment le web est en train d’affecter notre faculté de concentration à long terme, transformant nos cerveaux en machines de traitement de données haute-vitesse, capables d’absorber de plus en plus d’informations, de « multi-cliquer »  à l’infini.  Gros avantage pour Google et autres qui ramassent ainsi un maximum d’informations à notre sujet et en profitent pour nous alimenter en publicité ciblée. « Most of the proprietors of the commercial Internet have a financial stake in collecting the crumbs of data we leave behind as we filt from link to link – the more crumbs, the better. The last thing these companies want is to encourage leisurely reading or slow, concentrated thought. It’s in their economic interest to drive us to distraction. »

Pour Tyler Cowen, un professeur d’économie à la George Mason University,  le « multitasking » ne diminue pas notre capacité d’attention, mais au contraire l’augmente. « Multitasking is not a distraction from our main activity, it is our main activity. » (« Three Tweets for the Web »).  Le web nous permet de consommer l’information en suivant une ligne narrative façonnée par nos intérêts et passions – qui sont uniques à chaque personne. « The apparent disorder of the information stream reflects not your incoherence but rather your depth and originality as an individual. »

Être cultivé aujourd’hui, ce n’est pas être capable de décoder les symboles d’une toile de Rubens, mais savoir manipuler un iPhone ou toute autre technologie web, qui permettent de voir les toiles de Rubens et d’apprendre plein de choses à leur sujet. En ce sens, les jeunes sont extrêmement cultivés: « in fact, they are very often cultural leaders and creators. »

Une chose est sûre: la technologie nous transforme et transforme nos sociétés irrémédiablement.  Moi qui ai connu l’ère « Avant l’ordinateur personnel » et ai fait mes travaux d’université sur une IMB Selectric, j’ai dû rééduquer mon cerveau pour apprendre à penser mon texte directement sur l’ordinateur (plutôt que tout écrire à la main, raturer, recommencer et taper sur la machine pour finir.) Je suis convaincue que cela a transformé ma façon d’organiser ma pensée.