économie numérique, Internet, le sens de la vie numérique, télévision

Les tout-numériques: la conclusion

Pour le rapport « Le consommateur de médias exclusivement numériques », j’avais rédigé une conclusion qui a été un peu amputée pour la publication, pour cause « d’éditorialisation ». Un peu de nébulosité aussi. C’est vrai, mais je l’aimais bien quand même. La voici, dans sa version originale anglaise:

In 1913, Wolfgang Riepl, a German journalist and newspaper editor, formulated a hypothesis about media that he called « a fundamental law of the development of communication systems“[1].

Riepl’s law, as it is known today, posits that new types of media never replace the existing modes of media and their usage patterns. Instead, a convergence takes place in their field, providing different application for these older forms.

This hypothesis is being used again today, especially by traditional media executives, and their argument goes like this: so far, no new medium has killed an old one. The radio did not eliminate recorded music, TV didn’t eliminate radio or movies, online interactive media didn’t eliminate radio, television or film.

Indeed, traditional means of consuming media are still dominating the Canadian media landscape and will for a long time still. 85 percent of Canadian households are still subscribing to a broadcasting distribution service; over-the-air radio yearly revenue keeps growing despite the success of streaming services like Spotify; Canadians bought almost 18 million CDs in 2014, which is 60 percent of total albums sold (although down from the peak in 2001.)

But these numbers are potentially misleading. Cable subscriptions have been decreasing for the last two years, commercial radio revenues are growing more modestly than in the past, recorded music sales, in any format, have collapsed, some say that print media are doomed…

Yet, what our conversations with the panellists reveal is that some consumers are not simply abandoning traditional platforms and turning towards digital content, they actually seem to know no other way to consume content but on digital platforms. For them, a change in media consumption would actually be to watch cable television, listen to FM radio or read a printed newspaper or magazine. Digital-onlys may represent a new species of consumers that view their media habits as completely normal and organic. Indeed, some are not even aware they belong to this digital group.

In the same way that mass communication was born with the printing press, the internet is bringing about more than a simple disruption of the traditional media business models. Jeff Jarvis, journalism professor and author, puts it this way in his 2011 book “Public Parts”: “The changes brought on by the internet today appear huge in the mirror, but we are still early in this revolution.”

The participants of our focus groups told us how important it was for them to be able to access content without intermediaries telling them what, when and how they could access it. This sentiment was the foundation of their “digital-only” lifestyle.

Alexis Madrigal, contributing editor for The Atlantic, has an interesting explanation for this: “We’re creating a world that seamlessly, effortlessly shapes itself to human desire. It’s no longer cutting through a mountain to prove we dominate nature; now, it’s satisfying each impulse in the physical world with the ease and speed of digital tools. The shortest way to explain what Uber means: hit a button and something happens in the world (that makes life easier for you).”

Whereas, for past generations consuming media meant sitting in front of a screen and waiting passively for content to be pushed to them, or holding pieces of paper and deciphering the meaning of the letters printed on it, today’s digital-onlys cannot imagine a world where they wouldn’t have access to the button that makes something happen in the world.

This study only paints a preliminary portrait of this group, but it demonstrates that there is still much to learn from them. Since these viewing habits can serve as a leading indicator of the future of media consumption, further analysis would provide valuable insight on how to adapt to the changing media landscape.

Furthermore, it would be interesting, while doing this analysis, to consider changing media consumption habits across generations. Measuring the population of over-25 migrants who have already embraced digital media as their primary source for content could bring about some surprising discoveries.

Television opened the world to past generations, but a world controlled, among other things, by regulation and copyright laws. Nowadays, the “button that makes something happen in the world” is shaping the global media environment. In a publication from its ConsumerLab, telecommunication giant Ericsson tells us that “All around the world, internet users are increasingly sharing one culture. (…) Since 2011, we have been following 9 countries to observe media behaviors and attitudes. In 2011, 83 percent were watching broadcast TV more than several times a week, with only 61 percent viewing streamed content on demand. However, this behavior is now changing. Viewers are shifting towards easy-to-use, on-demand services that allow cross-platform access to video content. Regardless of whether you watch your favorite show in the US, China or Spain, the future is streaming.”[2]

The future is streaming: an appropriate image, coherent with the logic of flow the internet has instilled in our lives. The authors of “L’Âge de la multitude” have articulated it this way: “Everything is about flow these days. Newspapers work with an ever-changing flow of readers and people online juggle around with the flow of information. […] In this digital economy, individuals are in perpetual motion, always moving forward at a faster pace as they’re offered simpler, more powerful devices to work with.”

Some forms of media could very well be engulfed in this future stream. So, is Riepl’s Law completely wrong?

Well, consider this: in 2010, former MIT visionary Nicholas Negroponte announced the death of printed books, the first form of mass media, for 2015[3].

But, in 2013, 92 percent of 18-29 year-old read in print in the US, says Deloitte’s TMT Predictions 2015[4]. In 2015, predicts Deloitte, printed books will represent more than 80 percent of all book sales worldwide.

But then again, books are a different kind of media beast, with their more than 500 hundred years of existence. As Jeff Jarvis puts it in his book: “We ain’t seen nothing yet”.

[1] http://en.wikipedia.org/wiki/Riepl percent27s_law

[2] Ericsson ConsumerLab. 10 Hot Consumer trends 2015. Online: http://goo.gl/lnjgE2

[3]Nicholas Negroponte: The Physical Book Is Dead In 5 Years, TechCrunch, August 6, 2010. Online : http://techcrunch.com/2010/08/06/physical-book-dead/

[4] TMT

économie numérique, contenu, divers

Quels enjeux pour les contenus numériques?

À tous ceux que la question préoccupe, je recommande la lecture du rapport sur le forum France Canada, Quels enjeux pour les contenus numériques ? 

Ce forum était organisé par l’Ambassade de France au Canada et le Conseil des technologies de l’information et des communications (CTIC). La Fabrique de sens a contribué à lui donner un sens en rédigeant le rapport.

En guise de teaser, l’introduction

Le Forum France-Canada, organisé conjointement par l’Ambassade de France au Ca-nada et le Conseil des technologies de l’information et des communications (ICTC/CTIC), s’est déroulé les 15 et 16 novembre 2012, à Ottawa.

L’événement a réuni près de 100 participants canadiens et français, chefs de file, régulateurs et dirigeants issus des secteurs des contenus musicaux, audiovisuels et interactifs, représentant des entreprises privées et publiques de toutes tailles ainsi que des organismes de soutien et de réglementation des contenus. Pendant deux jours, ils ont exploré les défis que leur pose le nouvel écosystème numérique et débattu des façons dont pouvoirs publics et entreprises pourraient contribuer à y construire une industrie de contenu viable.

Depuis plusieurs années, la France et le Canada partagent un engagement indéniable à la défense de leur souveraineté et de leur diversité sur le plan culturel. Les deux pays ont établi des stratégies et des méthodes de réglementation appuyant leurs secteurs culturels et créa-tifs qui se ressemblent à plu-sieurs égards.

Par l’organisation de cet évé-nement, les responsables sou-haitaient favoriser un échange d’expertise et de points de vue entre représentants d’organismes confrontés à des défis et des situations similaires.

Bâties sur une prémisse de dé-part – l’évolution des réseaux et de la technologie a créé de nouveaux types de contenus, de nouveaux canaux de distribution ainsi que de nouveaux modèles économiques, défis et possibilités – les discussions ont été structurées autour de trois thèmes :


Le numérique a généré de nouveaux moyens d’expression, de nouvelles voies pour s’adresser à des publics diversifiés, ainsi que de nouvelles possibilités d’interactions des utilisateurs avec les contenus, mais surtout, il fait jouer de nouveaux rôles au public, le plaçant au cœur même des chaînes de valeur, en tant que créateur, producteur, agrégateur et acteur doté d’influence.


Il est devenu primordial de mettre en place de nouveaux modèles économiques qui assu-reront la viabilité et la pérennité des contenus musicaux, audio-visuels et interactifs dans le nouveau contexte. Les pouvoirs publics actuels doivent repenser et adapter leurs objectifs et leurs outils de soutien à l’industrie.


Le secteur des contenus se mondialise et se déplace dans le nouveau monde numérique. Les marchés traditionnels des droits fondés sur la géographie résistent encore mais se révè-lent de plus en plus mal adaptés au nouveau contexte. Régulateurs et responsables politiques doivent réexaminer leurs objectifs, et valider l’adéquation entre leurs mesures, les aspirations des consommateurs de contenus numériques et la viabilité des industries de contenus.

économie numérique, contenu, transmédia

Flux transmédia

Quelqu’un m’a demandé récemment si je connaissais le transmédia et j’ai dû avouer ma relative ignorance.

C’est un peu pour cette raison que j’ai exploré cet univers pour mon dernier billet sur le blogue Écran de veille du Fonds des médias du Canada. Le terme ne signifiait pas grand-chose pour moi, sinon l’évocation d’un truc qui nous force à « participer » pour se faire raconter une histoire. Un peu comme les livres dont-vous-êtes-le-héros où il faut travailler (faire des choix) pour faire avancer l’histoire. Et moi j’aime mieux me laisser conduire par une histoire que d’être forcée à faire des choix à chaque étape.

Mon billet ne fait qu’évoquer le transmédia, il porte davantage sur l’économie de l’attention, mais en filigrane, c’est du transmédia et de son influence sur l’industrie des médias dont il est question.

Frappée par cette note dans le communiqué d’Ici Radio-Canada Télévision (le changement est bon… ne résistons pas au progrès…) qui présente la nouvelle saison:

Chaque émission offrira une valeur ajoutée aux téléspectateurs par le biais de son site, que ce soit par des expériences simultanées offertes sur le web, le mobile et la tablette, des applications spécialement créées, des jeux, des fiches, des webséries interactives, des conversations dans les médias sociaux ou encore des votes en direct.

j’ai orienté ma recherche sur le thème de « la télévision d’aujourd’hui: jamais sans mon internet! »

Et ce qui frappe dans cette invasion de l’internet dans le monde des médias, c’est l’interpénétration des médias entre eux. L’interpénétration, selon le Petit Robert, c’est l’action réciproque de s’introduire dans un lieu, de pénétrer dans un territoire. Ça me semble plus approprié que de parler de convergence: chaque média investit le territoire de l’autre maintenant. Les journaux programment des contenus vidéos, les télévisions produisent quantité de textes écrits et tout le monde s’approprie un espace sur les médias sociaux.

Mais, pour en revenir au transmédia, j’ai trouvé un livre très intéressant à ce sujet: Convergence Culture, Where Old and New Media Collide de Henry Jenkins, le fondateur et directeur du programme Comparative Media Studies du MIT. Sa définition du phénomène:

A transmedia story unfolds across multiple media platforms, with each new text making a distinctive and valuable contribution to the whole. In the ideal form of transmedia storytelling, each medium does what it does best – so that a story might be introduced in a film, expanded through television, novels and comics, its world might be explored through game play or experienced as an amusement park extension.

L’auteur décrit avec force détails en quoi la trilogie « The Matrix » est l’exemple par excellence du transmédia à l’ère numérique. Les films, qui sont la pièce maîtresse de l’histoire, ne peuvent être pleinement appréciés que si on consomme les autres éléments de ce puzzle. Il explique même l’échec relatif auprès de la critique du troisième volet par le fait qu’il fallait connaître les autres éléments médiatiques pour bien démêler l’histoire et apprécier l’oeuvre.

Selon cette définition, le transmédia pourrait se passer de l’internet à la limite.  Mais grâce à l’internet, le transmédia devient la nouvelle norme de nos modes de communication – qu’il s’agisse de raconter des histoires vraies ou inventées, de faire connaître une information, une nouvelle, un événement ou de converser entre nous. Transmédia comme dans trans, préfixe latin qui signifie « par-delà », « au-delà de », « à travers » et marque le passage ou le changement – et média, moyen de diffusion, de distribution ou de transmission de signaux porteurs de messages.

Il va maintenant falloir travailler pour nos histoires. Mais les « enfants du numérique »,  selon les auteurs du livre « L’âge de la multitude: entreprendre et gouverner après la révolution numérique » (dont mon ami Jean-Robert Bisaillon fait une très bonne synthèse ici), n’en attendent pas moins de leur expérience média parce que:

  • ils aiment créer
  • ils vivent une aventure collective
  • ils ne respectent plus les institutions
  • il sont difficiles à interrompre
  • ils sont exigeants et impatients
  • et ils aiment surfer sur un flux

Tout devient affaire de flux, disent-ils.

Laissez-vous emporter.

Internet, médias sociaux, télévision, télévision sociale, web

Observation maison de l’avenir de la télévision

Les ados d’aujourd’hui sont nés avec ces technologies de la connectivité qui bouleversent notre monde. Pour eux par exemple, vivre sa vie sociale sur un écran d’ordinateur c’est aussi normal que de faire jaillir la lumière au simple toucher d’un interrupteur.

J’ai la chance d’avoir accès à un laboratoire d’observation fascinant grâce à mon propre échantillon maison d’ado tout à fait typique. Mon ado maison fait partie de la génération de la dernière lettre de l’alphabet, la génération Z (aurait-on atteint la fin des générations?). Elle possède un ordinateur portable, un iPod dernière génération et surtout un compte Facebook depuis plusieurs années (oui, depuis avant ses 13 ans, et je l’ai laissée faire…) et plus de 800 amis.

Récemment, mon ado maison m’a donné l’occasion d’observer le rapport de la génération Z avec la télévision.

Un deuxième écran pour la télévision? Pourquoi pas trois ou quatre?

Ado Maison suit les Jeux Olympiques religieusement. Elle s’intéresse particulièrement aux épreuves de gymnastique artistique parce qu’elle a déjà pratiqué cette discipline elle-même. La gymnastique a ceci de particulier que les athlètes font une rotation autour de  quatre appareils et que le tout se déroule en même temps. Jeudi dernier, Ado Maison a suivi son idole  Gabrielle Douglas et les autres membres de l’équipe américaine grâce à quatre écrans: le téléviseur, son ordinateur portable, son iPod et mon iPhone, le tout en textant ses commentaires sur son téléphone ou en les écrivant via Facebook à ses copines elles aussi branchées devant de multiples écrans.

Elle a ainsi pu suivre les performances qu’elle voulait voir en direct plutôt que d’attendre de les voir selon une séquence proposée par la télévision. Elle a en quelque sorte produit sa propre émission de télévision, tout en divisant son attention sur tous ces écrans.

De mon poste d’observation, j’ai entrevu l’avenir de la télévision telle qu’elle sera consommée par cette génération: multi-écran, sociale et connectée.

Mais surtout, j’ai compris que cette génération maîtrise déjà un nouveau langage qui codifie la réalité autrement.

Cette dernière observation, je l’emprunte à Edmund Carpenter, un anthropologue américain (décédé l’an dernier) qui a collaboré avec Marshall McLuhan sur Understanding Media. Dans un texte écrit en 1956 pour la Chicago Review, The New Languages, il parle des mass médias ainsi:

English is a mass medium. All languages are mass media. The new mass media – film, radio, TV – are new languages, their grammar as yet unknown. Each codifies reality differently; each conceals a unique metaphysics.*

Un nouveau langage, un nouveau code, une autre façon d’appréhender et de comprendre le monde; un nouveau monde.


Petit rappel à la réalité d’aujourd’hui, cependant, cette journée multi-écran a consommé 5 Go de bande passante, amenant notre consommation mensuelle à 80% de la limite mensuelle de 50 G0.

J’ai découvert Edmund Carpenter grâce à ce billet de Mitch Joel. Si vous ne connaissez pas cet expert montréalais du marketing social, il est à découvrir d’urgence.


* le texte est accessible en ligne via la BAnQ, sur la base de données JSTOR.

divers, médias sociaux, technologie

Technologie et lunettes roses

On a tendance à investir les technologies en général, et les moyens de communication en particulier, de vertus qui les dépassent.

Ainsi du téléphone: au départ, la possibilité qu’il offrait de communiquer à distance n’apparaissait pas particulièrement utile puisque le télégraphe remplissait déjà cette fonction. Alors on lui imagina – c’était avant l’invention de la radio – un usage spécial: transmettre  des concerts, des pièces de théâtre, des sermons. En 1890 Paris eut son Théâtrophone  qui retransmettait le son en provenance de plusieurs scènes de la ville. Le service était disponible contre un abonnement mensuel de 75$ par année  et mourut, tué par la radio, en 1932.

Pour les techno-enthousiastes, le téléphone avait le potentiel de devenir  the Pleasure Telephone, le téléphone du plaisir qui permettrait aux classes inférieures de jouir des mêmes plaisirs luxueux que les riches. Un article de 1898 prévoyait avec justesse que l’appareil allait devenir aussi indispensable dans les maisons que l’électricité et le gaz. Mais surtout:

It will be so cheap that not to have it would be absurd, and it will be so entertaining and useful that it will make life happier all round, and bring the pleasures of society to the doors of the artisan’s cottage.

That, indeed, will be the unique feature of the Pleasure Telephone. It will make millions merry who have never been merry before, and will democratize, if we may so write, many of the social luxuries of the rich. Those who object to the environment of the stage will be able to enjoy the theatre at home, and the fashionable concert will be looked forward to as eagerly by the poor as by their wealthy neighbours. The humblest cottage will be in immediate contact with the city, and the « private wire » will make all classes kin. (The Pleasure Telephone, The Strand Magazine, September, 1898, pages 339-345

Bien sûr, tout comme l’Internet a aujourd’hui ses détracteurs, ce téléphone transmetteur de concerts dans le confort des foyers eu ses détracteurs. Dans un article du New York Times du 22 mars 1876, l’auteur prévenait contre les dangers du téléphone:

Thus the telephone, by bringing music and ministers into every home, will empty the concert-halls and the churches, and the time may come when a future Von Büllow playing a solitary piano in his private room, and a future Talmage preaching in his private gymnasium, may be heard in every well-furnished house on the American continent.


It is an unpleasant task to point out a possibly sinister purpose on the part of an inventor of conceded genius and ostensibly benevolent intentions. Nevertheless, a patriotic regard for the success of our approaching Centennial celebration renders it necessary to warn the managers of the Philadelphia Exhibition that the telephone may really be a device of the enemies of the Republic.

La télévision fut également à son origine investie de grands pouvoirs.  Un article paru dans The Wilson Quaterly (et signalé par l’excellente émission de France Culture La place de la Toile), nous apprend que l’inventeur de la télévision, Philo T. Farnsworth, la croyait capable d’amener la paix dans le monde:

If we were able to see people in other countries and learn about our differences, why would there be any misunderstandings? War would be a thing of the past.

Mais là encore, la technologie déçut. Quelques années plus tard, le président de la FCC (équivalent américain du CRTC) prononçait ce célèbre discours où il la comparait à un vaste dépotoir:

But when television is bad, nothing is worse. I invite each of you to sit down in front of your own television set when your station goes on the air and stay there, for a day, without a book, without a magazine, without a newspaper, without a profit and loss sheet or a rating book to distract you. Keep your eyes glued to that set until the station signs off. I can assure you that what you will observe is a vast wasteland.

Récemment je tombais sur un article, The Top 10 Technology Game Changers for the Next Decade, qui décrit brièvement celles qui devraient changer nos vies. Dans la liste, une paire de lunettes qui permettent de filmer tout ce qu’on voit et de le transmettre sur les médias sociaux. Les promoteurs de l’invention croient que celle-ci changera le monde:

A world where everyone will have access to the information and the experiences they need directly within the context of their own reality and perspective; while simultaneously having the ability to record and share their own perspective for others to see.  We believe this will raise the overall level of human empathy across the world so that everyone is able to see things more directly from the validity of other people’s point of view.

Des lunettes pour la paix dans le monde! Des lunettes roses, sans aucun doute.

Pour ma part, il y a certains points de vue par lesquels je n’ai pas envie du tout de voir le monde (qu’on pense à l’actualité montréalaise récente).

La technologie, c’est bien beau, mais celui qui l’utilise restera toujours humain.

Google, Internet, web

En manchettes ce soir au Googlejournal…

L’ambition de Google, ce n’est pas de dominer le monde, mais de l’organiser (1).  Pour organiser le monde, Google est en train de redéfinir les règles de nos interactions économiques, culturelles, sociales, à coup d’algorithmes qui, à l’aide de formules complexes, choisissent les informations auxquelles nous aurons accès.

Quand j’étudiais au Cégep, j’avais des professeurs marxistes.  C’est dire s’il y a longtemps.

L’un de mes professeurs de philosophie nous avait fait travailler sur les Appareils idéologiques d’État (AIE) de Louis Althussser.  Ce philosophe français un peu oublié aujourd’hui désignait ainsi l’ensemble des dispositifs (famille, école, médias, religion) qui, dans une société, façonnent les préférences et les manières d’agir des individus pour les adapter au système productif (2).

Continue reading « En manchettes ce soir au Googlejournal… »

médias sociaux, Twitter, web

Un village global de linottes gazouillantes

L'enfer de Dante par Botticelli

Pas pour me vanter, mais je crois bien qu’il y a des échos de mon premier billet  Twitter, une expérience optimale chez Marshall McLuhan.  Je voyais dans les médias sociaux un phénomène de transfert de notre inconscient collectif dans le monde virtuel. McLuhan, über-gourou des médias s’il en fut, fait allusion à l’enfer de Dante – une représentation de l’inconscient collectif selon Jung – dans une entrevue qu’il avait donnée au magazine Playboy en 1969 (en passant, à l’époque les hommes devaient vraiment lire Playboy pour les articles.Il faut lire cette très longue entrevue d’un intellectuel superbement opaque pour s’en convaincre.)     

Tentative de simplification de la pensée de Marshall McLuhan (les commentaires des McLuhaniens sont bienvenus, dans la mesure où ils m’aideront à comprendre le grand homme):     

  • Le média est le message parce que un média, peu importe le contenu du message, a un impact sur l’humain et la société. Comment? Un média, c’est tout ce qui génère un changement. Avant la technologie, l’homme tribal vivait en équilibre avec tous ses sens,  dans une forme de conscience collective, sans individualisme, au-delà des frontières du temps et de l’espace.  La forme primaire de communication était la parole. Dans la culture orale, l’humain agit et réagit simultanément. Tout le monde a les mêmes connaissances, vit les mêmes expériences.
  • Puis vinrent les trois innovations technologiques qui ont tranformé la société. La première: l’alphabet phonétique qui, en agissant comme intermédiaire entre la réalité et la perception que l’homme en avait, est devenu une extension de ses yeux (et de la femme, on l’aura compris, mais je ne peux m’empêcher de le mentionner) et a altéré l’équilibre des sens, fragmentant l’individu.  Bref (ouf!), l’être humain est devenu individualiste.
  • Après l’alphabet phonétique, il y eut l’imprimerie, la première mécanisation d’un art complexe – et base de la révolution industrielle  et l’électronique qui, ultimement, devrait avoir comme impact ultime la  « re-tribalisation » de l’homme. L’électronique permettra l’amplification de la conscience humaine sur une échelle globale, sans passer par la verbalisation.

Electricity makes possible–and not in the distant future, either–an amplification of human consciousness on a world scale, without any verbalization at all.     

Et ici, McLuhan parle rien de moins que de télépathie globale:     

 Via the computer, we could logically proceed from translating languages to bypassing them entirely in favor of an integral cosmic unconsciousness somewhat similar to the collective unconscious envisioned by Bergson. The computer thus holds out the promise of a technologically engendered state of universal understanding and unity, a state of absorption in the logos that could knit mankind into one family and create a perpetuity of collective harmony and peace. This is the real use of the computer, not to expedite marketing or solve technical problems but to speed the process of discovery and orchestrate terrestrial–and eventually galactic–environments and energies. Psychic communal integration, made possible at last by the electronic media, could create the universality of consciousness foreseen by Dante when he predicted that men would continue as no more than broken fragments until they were unified into an inclusive consciousness. In a Christian sense, this is merely a new interpretation of the mystical body of Christ; and Christ, after all, is the ultimate extension of man.      


C’est ce qu’il entendait par le village global.   

J’ai parfois l’impression que si ce village arrive, l’humain se transformera en têtes de linotte gazouillant en choeur sur leurs Ipad.  «  La linotte installe un nid fait à la va-vite, pas très loin du sol, sans trop sembler se préoccuper de le dissimuler aux yeux des prédateurs. Cela lui vaut peut-être cette utilisation péjorative de son nom dans le langage des humains : « tête de linotte »(Source: Wikipédia)    

Si je fais allusion à l’expression, ce n’est pas pour traiter d’idiots la quelque  centaine de  millions d’utilisateurs (« Twitter Has 105 Million Registered Users« ) – dont je suis.  C’est plutôt  pour établir un parallèle entre la propension de cet oiseau à ne pas se cacher des prédateurs et notre propre vulnérabilité sur l’immense terrain de jeux du web surtout livré – il me semble – aux prédateurs économiques, ceux qui veulent notre bien et vont l’avoir. Cela vient de mon inconfort face à ces nouveaux termes où on abuse des  mots « social » et « communauté » (médias sociaux, community manager). Voir par exemple la campagne « Pepsi Refresh Project »  où le fabricant d’un produit considéré comme un poison insidieux par plusieurs se vante de donner des millions à de bonnes idées positives (ces millions viennent de l’absence de publicités de Pepsi pendant le Superbowl). Où encore le projet Take Part d’American Express. 

La fin justifie les moyens?


La télévision est le gros gin du peuple

Seth Godin, gourou marketing, ne regarde pas la télévision.  Il a mille milliards de choses à faire qui sont infiniment plus intéressantes, comme de lire un ou deux romans par soirée, ou d’écouter les mille opéras les plus percutants.

Pour appuyer son opinion sur la télévision, il fait un lien avec une présentation de Clay Shirky, gourou internet celui-là, pour qui la télévision est à la révolution numérique ce que le gin a été à la révolution industrielle. J’adore l’internet!  Pas d’autre façon de trouver en quelques clics des analogies aussi percutantes et d’apprendre un peu d’histoire de la société en même temps.  Qu’est-ce que je faisais avant?

La démonstration de Monsieur Shirky est convaincante malgré les déficiences de l’analogie. En quelques mots : la « technologie » qui a facilité la première phase de la révolution industrielle en Angleterre, c’est le gin. Dépassé par la soudaineté et la brutalité de la transition de la vie rurale à la vie urbaine, le peuple  s’est abruti dans une beuverie qui lui a permis de supporter les épouvantables conditions de vie et de travail causées par l’automatisation des procédés de production.  Les institutions associées à l’ère industrielle, la démocratisation de la culture, de l’éducation et de la politique, sont apparues quand l’Angleterre a émergé de sa brume éthylique et envisagé l’urbanisation comme un avantage plutôt qu’une crise.

Et en quoi la télévision est-elle  le gin du peuple? Au cours des cinquante dernières années, le peuple gaspille ce temps libre dont il bénéficie depuis depuis la fin de la deuxième guerre mondiale en s’abrutissant devant la télévision. Mais il commence à émerger de cette brume cathodique grâce à la révolution numérique. Les heures passées à ne rien faire devant un poste de télévision sont en train de se transformer en heures productives à participer, par exemple, à la rédaction d’un article sur Wikipedia, ou encore à un jeu vidéo en ligne.

Cette idée que regarder la télévision est une vaste perte de temps n’est pas nouvelle, on s’en doute. En 1961, le président de la FCC (le CRTC américain), Newton N. Minow, dans un discours (devenu historique) à la National Association of Broadcasters, a comparé la télévision à un “vast wasteland”:

But when television is bad, nothing is worse. I invite each of you to sit down in front of your television set when your station goes on the air and stay there, for a day, without a book, without a magazine, without a newspaper, without a profit and loss sheet or a rating book to distract you. Keep your eyes glued to that set until the station signs off. I can assure you that what you will observe is a vast wasteland.

You will see a procession of game shows, formula comedies about totally unbelievable families, blood and thunder, mayhem, violence, sadism, murder, western bad men, western good men, private eyes, gangsters, more violence, and cartoons. And endlessly commercials — many screaming, cajoling, and offending. And most of all, boredom. True, you’ll see a few things you will enjoy. But they will be very, very few. And if you think I exaggerate, I only ask you to try it.

Près de cinquante plus tard, on peut presque dire la même chose de la télévision d’aujourd’hui. Pas étonnant que les influenceurs américains la dénigrent  ainsi. Il est intéressant de noter que les États-Unis sont pratiquement le seul pays industrialisé à ne pas avoir de système de radiodiffusion publique comme on l’entend ici: une institution forte mandatée et financée par le gouvernement pour offrir une programmation diversifiée d’intérêt public qui s’adresse à l’intelligence et au sens civique des citoyens. Le pays de la libre entreprise a laissé le marché s’occuper de l’intérêt public, ce qui s’est traduit par: ce qui devrait attirer la plus forte proportion possible du public de la façon la plus élémentaire possible.

À l’Âge de la télévision, les moyens de communication et de production de masse étaient entre les mains de quelques-uns et on pouvait les contrôler par la réglementation afin d’empêcher que le plus bas dénominateur commun ne prévale.

Si nous nous dirigeons vers une ère de prise en charge de ces médiums par la population, d’où viendra le contrôle, mais surtout, quelle forme prendra-t-il?